Aller au contenu principal
Entretien

Fatma Said
« Je me sens vivante sur scène »

Par Astrid Krivian - Publié en avril 2021
Cantatrice égyptienne
Fatma Said. JOSEF FISCHNALLER-WARNER CLASSICS

À tout juste 30 ans, la cantatrice égyptienne s’est déjà produite dans les salles les plus renommées. Dans son premier album de récital, El Nour, la soprano fait vibrer des oeuvres arabes et européennes sous un jour nouveau

Sa virtuosité vocale, ses interprétations talentueuses et passionnées ont été acclamées sur les scènes les plus prestigieuses, du Royal Albert Hall, à Londres, au Shangyin Opera House, à Shanghaï. À 30 ans à peine, la soprano égyptienne, qui chante en six langues, s’approprie avec une maestria déconcertante les répertoires les plus divers, des opéras de Mozart, Massenet, Verdi ou Puccini, aux lieds allemands de Schubert, Brahms ou Schumann. Née au Caire en 1991, elle découvre l’art lyrique dès son plus jeune âge dans l’école allemande où elle suit sa scolarité. Le chef de la chorale de son établissement décèle son talent précoce et l’encourage à se lancer comme soliste. La cantatrice Neveen Allouba lui donne son premier cours de chant à l’opéra du Caire, à 14 ans. Après le lycée, Fatma Said étudie à l’Académie de musique Hanns Eisler, à Berlin, et obtient son Bachelor en 2013. Puis décroche une bourse pour intégrer l’Académie de la Scala...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

À 24 ans, cet acteur français d’origine congolaise a déjà plus de dix ans de carrière, tourne avec les plus grands du cinéma et se partage entre drame et comédie avec une aisance confondante.

Publié en avril 2021

Véritable légende de la rumba congolaise, le chanteur angolais fait danser le continent depuis plus d’un demi-siècle. Le nouvel album de ce défenseur infatigable du panafricanisme, Lubamba, témoigne de sa passion et de son talent immuables.

Publié en avril 2021

En ces temps de Covid-19, de pandémie, de déprime globale, il nous a semblé salutaire de nous intéresser à ces précurseurs, à ces femmes et hommes qui veulent changer le monde, à leur manière et avec leurs talents. Elles et ils sont tous africains (d’origine, de résidence, de naissance, whatever), ce qui confirme, pour ceux qui en douteraient encore, à quel point le continent est créateur, engagé dans la marche et les changements du monde. Et que pour celles et ceux qui grandissent aujourd’hui de Tunis à Casablanca, d’Abidjan à Lagos, de Yaoundé à Johannesbourg, tout est possible, y compris la conquête des étoiles...

Publié en mars 2021