Aller au contenu principal
Start up

Flutterwave
dans la tempête

Par Cédric Gouverneur - Publié en octobre 2022
Share
SHUTTERSTOCK - FLUTTERWAVE
SHUTTERSTOCK - FLUTTERWAVE

La société nigériane de solutions de paiement, plus importante start-up africaine, vise Wall Street. Mais diverses accusations perturbent son introduction en Bourse.

La licorne prépare activement son entrée au Nasdaq. Ci-dessus, son PDG, Olugbenga Agboola, accusé de « comportements inappropriés ».SHUTTERSTOCK - FLUTTERWAVE
La licorne prépare activement son entrée au Nasdaq. Ci-dessus, son PDG, Olugbenga Agboola, accusé de « comportements inappropriés ».SHUTTERSTOCK - FLUTTERWAVE

Il y a quelques mois encore, tout souriait à Flutterwave : après une levée de fonds de 170 millions de dollars en mars 2021 pour faciliter son accès au marché nord-africain, puis une autre de 250 millions en février dernier pour développer ses activités, la fintech nigériane a atteint une valorisation de 3 milliards de dollars. « Nos solutions sont utilisées dans le monde entier pour connecter les Africains au monde et le monde aux Africains », se félicitait son PDG de 38 ans, Olugbenga Agboola (surnommé GB). Créée en 2016, la start-up de solutions de paiement et de transferts revendique 1 million d’entreprises clientes dans 34 pays africains et 200 millions de transactions pour un montant de 16 milliards de dollars, en association avec des partenaires comme PayPal, MTN et Airtel Africa. « Une plate-forme qui simplifie les paiements pour tous… Ce n’est pas la taille de l’entreprise qui compte, mais la taille de l’ambition : les entreprises ambitieuses de toutes tailles comptent sur Flutterwave pour développer leurs activités partout », explique son site francophone. La société, l’une des rares licornes (start-up pesant plus de 1 milliard de dollars) africaines, a ouvert des bureaux à San Francisco et débauché deux vétérans de la haute finance états-unienne (un ex-directeur de Goldman Sachs, Gurbhej Dhillon, et l’ex-vice-président d’American Express, Oneal Bhambani). Elle prépare activement son entrée au Nasdaq, le marché boursier des valeurs technologiques de Wall Street.

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Bien que les terres rares soient indispensables aux transitions énergétique et numérique du continent, leur extraction est polluante. C’est ce dont nous met en garde Emmanuel Hache, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et chercheur associé à EconomiX CNRS Paris Nanterre.

Publié en novembre 2022

Les projets d’extraction se multiplient sur le continent : ces minéraux, véritables « vitamines » de la transition bas carbone et des technologies numériques, proviennent pour le moment surtout de Chine. Les Occidentaux entendent donc réduire leur dépendance envers Pékin en se tournant vers l’Afrique. Mais attention aux écueils…

Publié en novembre 2022

Le nouveau président William Ruto met fin à dix ans d’interdiction des organismes génétiquement modifiés, au grand dam des associations de défense de l’environnement.

Publié en novembre 2022