Aller au contenu principal
Perspectives

Forêts
L'Afrique, dernier poumon de la planète ?

Par Thibaut Cabrera - Publié en août 2022
Share
Dans les environs de Mbandaka, en République démocratique du Congo. NANNA HEITMANN/NYT/REDUX-REA
Dans les environs de Mbandaka, en République démocratique du Congo. NANNA HEITMANN/NYT/REDUX-REA

Du nord au sud, c’est l’un des plus grands territoires verts du monde, avec en particulier le bassin du Congo, deuxième forêt humide après l’Amazonie. Une richesse naturelle essentielle pour l’humanité, un potentiel immense pour le continent, menacé chaque jour un peu plus par l’exploitation et les trafics.

De la Californie à la Gironde (en France), en passant par le Maroc, les incendies viennent de ravager des milliers d’hectares de forêts en l’espace de quelques semaines. Les conséquences désastreuses de ces « mégafeux » nourrissent fatalement les réflexions autour de l’avenir des forêts, en bute au dérèglement climatique. Mais aussi à l’action directe de l’homme. En 2021, l’Amazonie a perdu 18 arbres par seconde en moyenne, en grande partie à cause de la déforestation. Le principal « poumon » du monde pourrait prochainement être amputé. Pour survivre, la planète devra alors miser sur son second poumon, la forêt d’Afrique centrale. Elle semble pourtant être vouée au même sort. Les forêts du continent sont des écosystèmes uniques et fascinants : la forêt d’arganiers du Maroc, les forêts sèches de Miombo, au Mozambique, sont tous des symboles de sa biodiversité foisonnante. Pourtant, elles...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Passeur d’une culture multiforme, le Mozambicain lusophone est aujourd’hui l’un des écrivains les plus inventifs du continent. L’œuvre foisonnante de ce poète engagé, également biologiste, puise aux racines de l’imaginaire et de la tradition orale de son Afrique natale.

 

Publié en octobre 2022

Après avoir passé près de trente-cinq ans au gouvernement camerounais, il était probablement l’une des figures les plus emblématiques des années Biya. Tour à tour délégué général au Tourisme, puis à la Gendarmerie nationale, et secrétaire d’État à la Défense, Amadou Ali est nommé secrétaire général de la présidence de la République en 1996. Il sera ensuite ministre d’État chargé de la Défense et garde des Sceaux. En 2004, il devient vice-Premier ministre, et finit sa carrière comme ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées.

Publié en septembre 2022

Son dernier roman, Les Vertueux, raconte le destin d’un berger jeté dans les fracas de la Grande Guerre et de l’adversité. Pour l’auteur, cette fresque historique palpitante, pétrie de philosophie, signe son œuvre la plus accomplie. 

Publié en septembre 2022