Aller au contenu principal
Interview

Gado
«Il est essentiel d’écouter les autres»

Par CATHERINE FAYE - Publié en mai 2022
Share

​​​​​​​

Autoportrait de Gado
Autoportrait de Gado.

À 52 ans, c’est l’un des caricaturistes politiques les plus subversifs. Cartooning for Peace and Democracy le met à l’honneur ce mois-ci.

​​​​​​​Ses dessins, truculents et incisifs, dépeignent la politique du continent, les tabous, la corruption, l’état du monde. Le caricaturiste politique subversif Godfrey Mwampembwa, alias Gado, est né à Dar es Salam en 1969. Nommé l’une des 100 personnes les plus influentes d’Afrique par New African en 2014, il a publié ses caricatures dans le Daily Nation (Kenya), le Sunday Tribune (Afrique du Sud), le Monde et le Courrier international (France), le Deutsche Welle (Allemagne), le Washington Times (États-Unis) ou encore le Japan Times (Japon). Son cheval de bataille : les libertés fondamentales et la démocratie.

AM : À quel moment vous êtes-vous intéressé au dessin ?

Gado : Très jeune, j’ai commencé à croquer. Voyant que j’avais un bon coup de crayon, ma mère, qui était enseignante, m’a permis de faire quelque chose de cette passion, en m’encourageant. Comme mon père d’ailleurs, un employé de l’agence nationale du tourisme, à Dar es Salam. Et puis, en grandissant, j’ai eu un appétit particulier pour l’actualité, les affaires internationales, ce qui se passait autour de moi...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022