Aller au contenu principal
Mode

Ghada Lamghari,
la force du durable

Par Luisa Nannipieri - Publié en février 2021
img
Intitulée « The Call of The Ocean », la nouvelle collection comprend une dizaine de modèles, déclinés en lin blanc ou bleu.DUA PHOTOGRAPHY-DHOUHA HAMDI (3)

Ses créations monochromes, inspirées de la BEAUTÉ NATURELLE du continent, sont une déclaration d’amour à la planète.

img
DUA PHOTOGRAPHY-DHOUHA HAMDI (3)

STYLISTE MAROCAINE installée à Dakar depuis presque trois ans, la trentenaire Ghada Lamghari a présenté la dernière collection de sa marque lors de la Fashion Week de la capitale sénégalaise en décembre 2020. Intitulée « The Call of The Ocean », la ligne comprend une dizaine de modèles, déclinés en lin bleu ou blanc, avec des inserts en tulle qui évoquent la transparence de l’eau et ajoutent un effet de mouvement aux coupes nettes et épurées.
Comme pour ses collections précédentes, « The Lioness » et « Desert Goddess », la designeuse puise son inspiration dans son environnement : après le désert et la savane, elle a voulu rendre hommage à la mer qui baigne sa ville natale, Agadir, et sa ville d’adoption. Ainsi que mettre un coup de projecteur sur la pollution des plages et des océans. Un problème évident à Dakar, où le sable du littoral est souvent recouvert de déchets et de plastique. Des débris qui ont d’ailleurs servi à créer des accessoires exclusifs, assortis aux pièces de la collection. « Pour moi, la mode n’est pas seulement créativité et qualité, explique l’ancienne ingénieure industrielle reconvertie dans la couture.

img
Les inserts en tulle ajoutent un effet de mouvement aux coupes nettes et épurées.DUA PHOTOGRAPHY-DHOUHA HAMDI (3)

C’est aussi un moyen de transmettre un message qui a un impact positif. » Fervente adepte de la mode durable et écoresponsable, Ghada Lamghari emploie principalement des artisans locaux et essaie de se fournir en matériaux sur le continent. « Ce n’est pas toujours possible, admet-elle. Pour cette collection, j’ai dû par exemple importer le lin du Moyen-Orient afin d’avoir un fil frais mais épais, pour éviter l’effet transparence, sans avoir à utiliser de doublures. » La portabilité et le confort de chaque création, même dans les pays les plus chauds, sont très importants pour celle qui a l’habitude de dessiner ses propres tenues. Aujourd’hui, la jeune entrepreneuse, qui a également créé une marque de cosmétiques bio, pense à développer ses activités en Europe. Peut-être la verra-t-on bientôt débarquer à Paris… ghadalamghari.com .

Dans la même rubrique

Quand la porcelaine de Limoges rencontre le célèbre tissu africain. Une entreprise lancée en 2019 par Absa Char Say.

Publié en avril 2021

Éloi Ficquet est spécialiste de l’Éthiopie et de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Son dernier ouvrage, coécrit avec Gérard Prunier, s’intitule Understanding Contemporary Ethiopia. Il nous explique que ces tensions, récurrentes en Éthiopie depuis le Moyen Âge, pourraient rebattre les cartes dans toute la région.

Publié en avril 2021

La guerre planétaire entre Spotify et Apple Music ouvre un front sur le très prometteur marché africain. Mais les acteurs locaux n’ont pas dit leur dernier mot.

Publié en avril 2021