Aller au contenu principal
Document

Steves Hounkponou
Le succès, envers et contre tout

Par Luisa Nannipieri - Publié en février 2021
img
DR

Changer de vie non pas une, ni deux, mais trois fois. Se reconstruire entièrement pour aller de l’avant. Survivre à l’accident, à la maladie aussi. Pour Steves Hounkponou, « instapreneur », consultant, styliste, c’est une réalité. Et une attitude de vie qu’il partage dans sa biographie, récit cinglant des coulisses de la mode et précis de réussite individuelle.

Arrivé en France à 14 ans depuis Cotonou pour intégrer un centre de formation de footballeurs, Steves Hounkponou voit son rêve de devenir un international béninois voler en éclats en quelques secondes. Un accident sur le terrain, ses os qui se brisent et la découverte d’une anomalie génétique, à l’origine d’une maladie qui va le hanter toute sa vie. Les médecins lui annoncent qu’il ne pourra plus remarcher. Contre toute attente, il arrive néanmoins à se remettre sur pied après deux ans de souffrance et d’acharnement. Mais il doit renoncer au foot. Son amour de la mode, cultivé depuis l’enfance grâce à sa mère, lui suggère un nouvel objectif. Bosseur, studieux, il obtient un diplôme en marketing de luxe avec un passage par l’université de Cambridge, ce qui lui ouvre les portes des plus prestigieuses maisons parisiennes. Mais il découvrira que tout ce qui brille n’est pas or…

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Quand la porcelaine de Limoges rencontre le célèbre tissu africain. Une entreprise lancée en 2019 par Absa Char Say.

Publié en avril 2021

Éloi Ficquet est spécialiste de l’Éthiopie et de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Son dernier ouvrage, coécrit avec Gérard Prunier, s’intitule Understanding Contemporary Ethiopia. Il nous explique que ces tensions, récurrentes en Éthiopie depuis le Moyen Âge, pourraient rebattre les cartes dans toute la région.

Publié en avril 2021

La guerre planétaire entre Spotify et Apple Music ouvre un front sur le très prometteur marché africain. Mais les acteurs locaux n’ont pas dit leur dernier mot.

Publié en avril 2021