Aller au contenu principal
C'est comment ?

Tourisme à domicile

Par Emmanuelle Pontié - Publié en juillet 2021
Share

Alors voilà, les vacances arrivent ! Chouette ! Je vois déjà les Africains fortunés rêver de leurs destinations habituelles : Dubaï, Paris, New York, Marrakech… Et se réjouir à l’idée de ne rien faire, loin des tracasseries locales du quotidien, des sollicitations incessantes de la famille proche ou éloignée, des réunions politiques interminables ou des chéries toujours plus capricieuses. Eh bien, justement, et si cette année, on changeait de braquet ?

Caricature DOM
DR

En 2021, malgré quelques efforts réalisés par les pays touristiques qui allègent un peu les restrictions dues à la pandémie mondiale que l’on n’a plus besoin de nommer, globalement, le voyage restera un vaste casse-tête chinois ! La valse des tests PCR et des quarantaines continue de s’imposer, notamment pour les Africains voyageurs, qu’ils aient envie de quitter leur continent ou même de se déplacer dans un pays voisin. Du coup, pourquoi ne pas vous essayer cette année à la découverte de votre propre pays et aller enfin visiter en masse les richesses culturelles ou naturelles, dont vos contrées regorgent, et que vous ne connaissez finalement qu’à travers les récits que vous entendez quand vous échangez avec un étranger qui paye cher pour venir voir les chutes de la Lobé, lézarder sur la plage de la Somone, s’enfoncer en pays pygmée, ou remonter vos fleuves en pirogue géante ?

Bref, un peu de tourisme intérieur, à la conquête des joyaux nationaux, risquerait de plus vous épater que de dormir dans une chambre d’hôtel au 18e étage d’un building quelconque. Accessoirement, ça coûte moins cher. Mieux, ça donne un coup de fouet géant aux industries locales de locations de bungalows, de véhicules tout-terrain, de guides formés et de bien d’autres secteurs exsangues depuis l’avènement du Covid-19.

On parle bien de découvrir d’autres régions, d’autres cultures, d’autres ethnies que la vôtre. Car aller au sempiternel village où vous avez construit une maison secondaire ne vous coupera pas du harcèlement familial et des centaines de soucis à résoudre qui vous y attendent. Cette année, allez, un peu de curiosité sur votre pays et les cultures de vos congénères. Ça changera. Et paradoxalement, ça vous reposera encore plus l’esprit. On prend le pari ? Essayez. 

 

Dans la même rubrique

La lutte contre le Covid-19 est loin d’être finie, et dans le monde, et tout particulièrement en Afrique. Le continent, qui a su faire preuve de résilience et de responsabilité depuis mars 2020, reste phénoménalement fragile devant la pandémie. L’économie a été touchée de plein fouet. Une troisième vague, alimentée par le variant Delta, est en cours, notamment en Afrique australe et en Afrique de l’Est.

Publié en juillet 2021

Goma. Capitale du Nord-Kivu. RDC. Déjà, juste ces quelques mots, ça commence mal… Si on faisait un sondage mondial pour demander où ça se trouve, peu de gens seraient capables d’y répondre. En Afrique, on connaît bien. Depuis des années, Goma et ses environs sont le sinistre et incessant théâtre de conflits, violences, viols et déplacements de populations. Dans l’indifférence quasi générale. Fin mai, cerise sur le gâteau, le volcan Nyiragongo a fait irruption dans le paysage miséreux de la région. Dans la petite ville de Buhene, entre 900 et 2 500 habitations ont été englouties sous la langue de lave rocheuse du monstre géologique en éruption. Et près de 400 000 personnes ont dû quitter précipitamment la capitale régionale, baluchon sur le dos, vers des camps de réfugiés… que l’on promet d’aménager. En RDC et au Rwanda aussi. La Croix-Rouge et quelques ONG alertent, prédisent un drame humanitaire sans précédent.

Publié en juin 2021

La pandémie de Covid-19 aura relégué la question mondiale de l’environnement au second plan. Plus de manifestations, pas de COP en 2020. Certes, un des effets de cette longue période d’arrêt généralisé aura été, indirectement, la diminution des émissions de CO2. En avril 2020 par exemple, au plus fort de la fermeture internationale des échanges, on mesurait -75 % dans le secteur de l’aviation, -50 % dans le domaine des transports en général, et -15 % pour l’énergie. Très bien. Mais évidemment, la planète aspire à la reprise des activités, et la généralisation de la vaccination peut le laisser espérer pour bientôt. Donc il semble que nous allions droit dans le mur.

Publié en mai 2021