Aller au contenu principal
Editos

Vaccins et complotisme

Par Emmanuelle Pontié - Publié en avril 2021

C’est la guerre ! Celle des vaccins contre le Covid-19… Les États-Unis, l’Europe, la Chine, la Russie fabriquent les produits, livrent ou ne livrent pas les doses à X ou à Y, et il n’y en a jamais assez pour tous. En Occident, depuis janvier dernier, c’est la course. Les campagnes vaccinales doivent aller vite, enrayer les seconde et troisième vagues de coronavirus qui émergent un peu partout. Et chacun cherche sa dose. Grâce, entre autres, au programme Covax, le dispositif d’accès mondial pour un vaccin contre le Covid-19 – auquel participent 172 pays dans le monde –, l’Afrique a commencé à recevoir des petits lots du précieux sérum au cours des dernières semaines. Et certains États ont commencé à piquer : le Rwanda, la Côte d’Ivoire, le Maroc, le Ghana…

DOM
DR

À l’heure où l’on n’a plus trop vraiment d’autre choix que de s’immuniser collectivement pour que cette pandémie régresse – y compris si on est contre les vaccins en général –, il est assez sidérant d’entendre de-ci de-là dans les quartiers des capitales africaines, des croyances et rumeurs toutes aussi folingues les unes que les autres… À Douala, on croit dur comme fer que l’hydrochloroquine, qui se vend partout, y compris dans les marchés informels, est un pare-Covid bien meilleur que le vaccin, confondant allègrement traitement et prévention… À Dakar, on pense que ce vaccin fabriqué par « les Blancs » est un moyen d’injecter le virus aux Africains, pour contrôler la démographie… À Libreville, plus fort, on injecterait des puces et des nanoparticules activées par la 5G, dans le but de… on ne sait pas trop ! On entend encore de-ci de-là que les Africains serviraient de test, et on ressort le vieux slogan « Nous ne sommes pas des cobayes ».

À ces colporteurs – sur la Toile d’abord bien sûr – d’inepties en tout genre, il faudrait rappeler que dans quelques mois, si le monde se vaccine au nord et pas au sud, des millions d’Africains risquent d’être bloqués chez eux, exclus de la reprise, d’un retour à une vie meilleure. Et il faut arrêter à chaque fois de se tromper de combat. Il vaudrait mieux descendre dans la rue pour prendre enfin un train en marche, exiger que les vaccins soient généralisés, distribués à tous, et vite. Qu’ils aient été fabriqués par des Occidentaux, des Africains ou des Asiatiques est définitivement un faux débat. C’est bien connu, complotisme et obscurantisme vont de pair. Hélas.

 

Dans la même rubrique

On le sait, en quarante ans, la Chine est passée d’un immense empire pauvre au statut de pre mière économie du monde. C’est une performance unique dans l’histoire de l’humanité. Sur la période, le pays a affiché une croissance moyenne de 10 % par an. Et son PIB global a été multiplié par 38. En 1981, la Chine avait exporté pour 25 milliards de dollars. Aujourd’hui, ses exportations atteignent près de 3 000 milliards.

Publié en avril 2021

Voyage en Afrique, depuis Paris, au moment où les restrictions de déplacement font rage. Avec un vrai motif, dûment attesté par trois ou quatre documents. Et le fameux test PCR négatif, exigé par tous les pays. Normal, avec cette épidémie de Covid-19 qui ne faiblit pas, c’est évidemment le plus important.

Publié en mars 2021

Pendant que les pays riches s’écharpent pour accéder aux doses vaccinales, pendant que l’Europe se divise sous l’effet de ses égoïsmes, pendant que les Chinois et les Russes tentent d’utiliser leurs technologies vaccinales pour accroître leur influence, pendant que les États-Unis « mettent le paquet » avec une offensive à coups de milliards de dollars, l’Afrique tente de trouver une réponse à la crise du Covid-19.

Publié en mars 2021