Aller au contenu principal
Politique

Khadija Mohsen-Finan
« La difficulté d’élaborer un projet alternatif »

Par FRIDA DAHMANI - Publié en août 2021
Share

Politologue, spécialiste du monde arabe et des transitions qui l’agitent, Khadija Mohsen-Finan ne perd jamais de vue les événements en Tunisie, où elle est née. Elle dresse dans son ouvrage Tunisie, l’apprentissage de la démocratie : 2011-2021, paru début 2021, le bilan d’une période contrastée où l’ancien modèle, dans une tentative de survie, essaye de disqualifier le nouveau qui s’esquisse. La chercheuse met aussi en perspective le devenir d’un pays et d’une région qui cherchent le modus operandi du monde d’après, sans véritablement le trouver.

AM : Que penser du coup de force de Kaïs Saïed ? ​​​​​​​

Khadija Mohsen-Finan
Khadija Mohsen-Finan. DR

Khadija Mohsen-Finan : Coup de force ne veut rien dire. Cette catégorie n’existe pas et on ne peut pas non plus parler de coup d’État, puisque Kaïs Saïed est déjà au pouvoir. La première réaction est de dire que si le projet tient la route et qu’il est indépendant, c’est déjà pas mal, mais attendons de voir. L’insatisfaction des gens était devenue intenable et il fallait y répondre, Kaïs Saïed a saisi le moment pour écarter les autres têtes du pouvoir et marginaliser Ennahdha par le gel des activités parlementaires et en limogeant son Premier ministre. Il réorganise la vie...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Économiste et ancien ministre des Finances, Hakim Ben Hammouda est aussi une vigie qui alerte sur les dérapages de l’économie tunisienne. Sa fine connaissance de l’Afrique et des institutions internationales, dont les Nations unies, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et la Banque africaine de développement (BAD) – où il a évolué –, lui permet de décrypter la situation et de proposer d’autres perspectives au regard de la marche du monde.

Publié en août 2021

Le 25 juillet dernier, le président de la République Kaïs Saïed a assumé la plénitude du pouvoir pour répondre au blocage politique, économique et social. Et affronter la crise sanitaire. Pourtant, la question d’un nouveau consensus institutionnel reste ouverte pour le pays phare des révolutions arabes. Avec un environnement géostratégique régional particulièrement mouvant.

Publié en août 2021