Aller au contenu principal
Débat

L'Afrique et ses hommes forts

Par Zyad Limam - Publié en juin 2021
Share
Idriss Déby Itno a été tué au front, au cours d’un affrontement contre des rebelles venus de Libye. Ici, à N’Djaména, le 15 avril 2006, avec son épouse Hinda. PATRICK ROBERT
Idriss Déby Itno a été tué au front, au cours d’un affrontement contre des rebelles venus de Libye. Ici, à N’Djaména, le 15 avril 2006, avec son épouse Hinda. PATRICK ROBERT

Le défunt président tchadien Idriss Déby Itno incarnait cette figure classique du chef providentiel, tout puissant, incontournable sauveur et protecteur de la nation. La fi n parfois brutale de l’histoire souligne que, plus que jamais, le continent a surtout besoin d’institutions pérennes. Et de prendre en compte la diversité des acteurs politiques.

C’est l’une des figures centrales du pouvoir contemporain africain. L’homme fort, ce personnage tutélaire qui, à lui seul, assure la stabilité, la cohésion d’une nation. L’homme fort dont l’autorité, ou l’autoritarisme, se voudrait au service d’une juste cause, celle de l’ordre, de la paix, du développement. Des personnages héritiers de la longue tradition des chefferies, des royaumes et des empires et de cette culture très hiérarchique du « patron » qui domine encore de nombreuses sociétés africaines. Des profils qui pourraient aussi se relier à la fameuse figure du dictateur éclairé de l’Antiquité grecque. « Ils » (en Afrique, les hommes forts sont toujours « des hommes ») sont là, au centre de la scène depuis...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Bien que son actualité ne soit pas toujours des plus joyeuses ces dernières années, le pays regorge de personnalités talentueuses et passionnées qui redonnent foi en l’avenir. Petit tour d’horizon des profils les plus enthousiasmants.

Publié en juillet 2021

Son nouveau long-métrage, Sœurs, dépeint la quête identitaire de trois femmes issues de l’immigration, partagées entre la France et l’Algérie. La réalisatrice aborde le thème du déracinement, le poids de la mémoire, les luttes féminines et la difficulté à briser les silences, à bâtir un récit familial.

Publié en juillet 2021

Cette plasticienne inclassable franco-algérienne sublime le corps des femmes dans une œuvre foisonnante. Après son exposition personnelle « Eden » à la galerie Cécile Fakhoury, à Paris, en février dernier, elle est actuellement présente à la Maison des arts de Malakoff.

Publié en juillet 2021