Aller au contenu principal

À l'ami israélien

Par zlimam - Publié en février 2011
Share

La beauté du lieu, la décontraction surréaliste des personnages, le sourire satisfait du futur Premier ministre, ses potes parisiens qui lui tapaient dans le dos… Et moi, avec le souvenir déchirant de ma journée, dans une ville sainte, blessée, sillonnée par des murs, des militaires et des colons en armes. Une ville où, à l’est, les Palestiniens s’accrochent désespérément au moindre bout de terre, à la moindre pierre, en permanence sous la menace d’un retrait de « permis de séjour », d’une expulsion, d’un bulldozer, d’un homme en armes.

Je m’étais dit et je me le dis aujourd’hui encore : je ne retournerai à Jérusalem que lorsque nous aurons la paix… La paix ? Il y a vingt ans, je me disais dans vingt ans, sûrement… Aujourd’hui, tout semble bloqué.

Les Palestiniens sont divisés, isolés dans deux « bantoustans », l’un soumis à un blocus impitoyable et inhumain, l’autre à un contrôle absolu. Israël a le gouvernement le plus à droite de son histoire, influencé par des religieux extrémistes. Un gouvernement persuadé qu’il peut maintenir le statu quo ad vitam aeternam. Persuadé qu’il pourra imposer, un jour très lointain, la solution d’un pseudo-État palestinien fantôme, sans frontières, sans autonomie, sans capitale.
Un gouvernement persuadé qu’Israël peut se passer des États-Unis et du reste du monde. Et qui intoxique le débat avec la menace iranienne. La « menace » d’un pays au bord de la banqueroute économique, surveillé chaque seconde, sous embargo, la « menace » d’un gouvernement contesté par sa propre population…

Quel gâchis… Je me tourne vers mon ami israélien : que voulez-vous laisser à vos enfants ? Un pays coupé du reste du monde et barricadé ? Quelle solution proposez-vous pour les Palestiniens ? Vous ne voulez pas de l’État unique, binational. Mais la colonisation et l’occupation tuent l’idée même de deux États. Quelle démocratie voulez-vous léguer à vos générations futures ? Celle où des millions de Palestiniens seront soumis, de facto, à la ségrégation ? Quasiment tous les pays arabes ont accepté votre existence, et l’idée de l’État hébreu. Ils sont prêts à plus, à commercer et à échanger avec vous.
Les Américains ont besoin de deux États, d’une Palestine crédible, pour pacifier leurs relations avec le monde musulman et couper les racines du djihadisme. Vous avez besoin de deux États, avec une Palestine authentique pour sauver votre démocratie et le caractère juif d’Israël. Si vous acceptez la paix des justes, l’influence des mollahs de Téhéran, l’influence des mouvements islamistes, du Hamas, du Hezbollah seront durablement contrariées. Nous pourrons nous battre ensemble contre le terrorisme. La démocratie progressera chez vos voisins, là où les régimes ne pourront plus se prévaloir du combat contre « l’entité sioniste » pour museler leurs populations. Si vous signez, vous aurez la sécurité, car qui pourrait alors vous attaquer ?

Le monde change. Il est temps de faire la paix. C’est le moment pour vous de faire l’Histoire. Et de « virer » ceux qui refusent le progrès et vous entraînent dans une terrible impasse.

Chronique [ L’air du Temps ] de Zyad Limam parue dans le numéro 295 (avril 2010) d’Afrique magazine.

Dans la même rubrique

Juillet, août. Chacun, d’une manière ou d’une autre, va prendre un peu de repos, faire une pause, les pieds en éventail quelque part. Sur sa terrasse ou dans son jardin, à l’étranger, au village. Justement, au village… L’occasion de fréquenter un peu les anciens, de se remémorer leurs habitudes alimentaires, par exemple. Et pourquoi pas, de rêver un peu.

Publié en août 2022

Voilà, les jeux sont (provisoirement) faits. Kaïs Saïed a fait adopter sa nouvelle constitution. La participation aura été faible, le débat largement tronqué. Mais il aura eu gain de cause. La Tunisie entre dans un nouveau régime, marqué par un pouvoir présidentiel fort, des contre-pouvoirs limités.

Publié en août 2022

Le 24 juin, un véritable séisme pour des millions de femmes s’est produit aux États-Unis : l’arrêt Roe vs Wade, qui autorisait l’avortement depuis 1973, a été révoqué. Dorénavant, chaque État pourra choisir de l’interdire ou non. Sept États ont décidé dans les jours qui ont suivi de priver les femmes de ce droit. Et une vingtaine d’autres devraient suivre. Pour des millions d’Américaines, c’est un retentissant retour en arrière. Depuis, des manifestations et des inquiétudes grandissantes en Europe et en Occident s’enchaînent ou montent.

Publié en juillet 2022