Aller au contenu principal

A l’heure éthiopienne

Par Michael.AYORINDE - Publié en février 2011
Share

Hum, 13 mois, c’est cela oui… Je n’allais pas tarder à entrer dans les méandres des subtilités du calendrier éthiopien. Car, en fait, le pays suit le calendrier julien, ce qui le place sept ans et huit mois « en retard » sur notre calendrier grégorien. L’année commence le 11 ou 12 septembre, se divise en 12 mois égaux de 30 jours, plus un treizième de 5 jours (ou 6, les années bissextiles). Vous suivez toujours ? Tant mieux.

Car il n’y a pas que la date qui change ici, aussi l’heure ! Et il ne s’agit pas du décalage horaire qu’on peut avoir en venant de Londres, Paris ou Dakar. Non. Les Ethiopiens raisonnent par tranches de 12 heures, et pas de 24 heures… Il suffit de se mettre d’accord tout de suite avec les gens que vous souhaitez rencontrer, pour éviter les rendez-vous manqués !

Grâce au calendrier julien, les Ethiopiens ont fêté leur passage à l’an 2000 le 11 septembre dernier. Ça a été une fête immense dans la ville et, aujourd’hui, le Millénium est partout, dans tous les noms (cafés, t-shirts, boutiques, cybers…) et de toutes les fêtes. Tout le monde veut son bout de Millénaire...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Du nord au sud, c’est l’un des plus grands territoires verts du monde, avec en particulier le bassin du Congo, deuxième forêt humide après l’Amazonie. Une richesse naturelle essentielle pour l’humanité, un potentiel immense pour le continent, menacé chaque jour un peu plus par l’exploitation et les trafics.

Publié en août 2022

Il a été nommé en août 2021 responsable de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), un organisme qui gère les aires protégées. Celles-ci couvrent 13,8 % de la surface de la République démocratique du Congo (RDC), soit un total de 345 000 km2. Entretien franc et direct sur les enjeux, les défi s de la conservation et de la protection de la nature.

Publié en août 2022

Conseiller spécial de l’International Institute for Strategic Studies (IISS, Londres) et de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS, Paris), François Heisbourg analyse pour Afrique Magazine comment se positionnent les opinions publiques mondiales au sujet de la guerre en Ukraine. Le passé colonial européen et la guerre américaine en Irak jouent à plein dans la perception du conflit par les pays du Sud…

Publié en août 2022