Aller au contenu principal
Djerba

A la Ghriba, une Tunisie de l’espoir

Par Julien Wagner - Publié en juin 2017
Share
Sécurité, tensions sociales, inquiétudes… Le contexte était difficile. Mais les pèlerins sont venus pour le grand rendez-vous annuel dans ce haut lieu du judaïsme. Un pas sur le chemin escarpé du dialogue et de la confiance.
 
En ce 14 mai ensoleillé, à Erriadh (Djerba), dans la cour du foundouk (caravansérail), en face de la plus vieille synagogue d’Afrique, la foule se presse comme à un concert. Elle est au moins trois fois plus importante que dans le temple. Sur l’estrade, un jeune chanteur s’égosille en arabe accompagné d’un orchestre tunisien. Comme lui, la plupart des hommes portent une kippa. De nombreuses femmes ont les cheveux teints en blond. D’autres portent un léger foulard en guise de coiffe.
 
La moyenne d’âge se situe autour de 50 ans. Des drapeaux rouge et blanc aux couleurs de la Tunisie flottent dans l’air par dizaines accrochés à des filins. On boit de la boukha (alcool de figues) mélangée à de la bière. On mange des bricks à l’oeuf, des poivrons farcis, des fruits secs… On rit. On parle, en arabe et en français. On chante. On danse. « Qui sont les filles à marier ? », lance « Marco » Zaghdoun à...
Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Du nord au sud, c’est l’un des plus grands territoires verts du monde, avec en particulier le bassin du Congo, deuxième forêt humide après l’Amazonie. Une richesse naturelle essentielle pour l’humanité, un potentiel immense pour le continent, menacé chaque jour un peu plus par l’exploitation et les trafics.

Publié en août 2022

Il a été nommé en août 2021 responsable de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), un organisme qui gère les aires protégées. Celles-ci couvrent 13,8 % de la surface de la République démocratique du Congo (RDC), soit un total de 345 000 km2. Entretien franc et direct sur les enjeux, les défi s de la conservation et de la protection de la nature.

Publié en août 2022

Conseiller spécial de l’International Institute for Strategic Studies (IISS, Londres) et de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS, Paris), François Heisbourg analyse pour Afrique Magazine comment se positionnent les opinions publiques mondiales au sujet de la guerre en Ukraine. Le passé colonial européen et la guerre américaine en Irak jouent à plein dans la perception du conflit par les pays du Sud…

Publié en août 2022