Aller au contenu principal
Mines

La RDC se rêve en géant mondial du cobalt

Par Jean-Michel Meyer - Publié en mai 2021
Share

À la tête de 80 % des réserves du globe, la République démocratique du Congo veut maîtriser l’extraction artisanale et imposer son prix sur le marché.

Le 31 mars, la République démocratique du Congo (RDC) a lancé l’Entreprise générale du cobalt (EGC), qui devrait « démarrer son activité fin avril », selon son directeur général, Jean-Dominique Takis Kumbo. Annoncée à l’international comme un futur géant mondial du cobalt – qualifié « d’or bleu » –, cette filiale à 95 % de la Gécamines doit au préalable, afin de contrôler l’ensemble de l’activité nationale, formaliser et assainir la filière artisanale d’extraction, laquelle fait vivoter plus de 2 millions de mineurs dans des conditions dénoncées par des ONG. Un monopole d’achat, de transformation et de commercialisation du cobalt issu de l’exploitation artisanale est confié à l’EGC, afin de « promouvoir le respect des droits humains, de la sécurité et des normes environnementales ». Avec ce monopole, « l’État s’attaque à un système quasi mafieux dont les revenus échappent à l’impôt. Nous voulons mettre fin à cette situation intolérable. C’est une véritable révolution engagée par l’État, qui vise à améliorer son image pays à l’international », précise Albert Yuma, le président du conseil...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Sous l’impulsion de son président, qui s’est rendu 28 fois sur le continent depuis 2003, la Turquie affiche l’objectif de doubler le volume de ses échanges commerciaux, pour les hisser à 50 milliards de dollars dans les années à venir.

Publié en mai 2021

Madrid a lancé le plan « Focus Afrique 2023 » en mars dernier. Renforcer les liens commerciaux et freiner l’immigration. C’est le message porté par le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, en visite en Angola et au Sénégal les 8 et 9 avril derniers.

Publié en mai 2021

Prisées par les investisseurs, les sociétés technologiques du secteur médical ont vu leur capital croître de 257 % en un an.

Publié en mai 2021