Aller au contenu principal

À la recherche de la start-up africaine de l’année

Par ESTELLE MAUSSION - Publié en avril 2017
Share
Le magazine collaboratif dédié à l’innovation, Bonjour Idée (https://bonjouridee.com/), à l’origine du concours start-up de l’année en France, lance une édition africaine de la compétition. Co-organisée avec le groupe marocain OCP (http://www.ocpgroup.ma/), elle élira la jeune pousse « made in Africa » 2017 fin janvier à Casablanca.
 
« Promouvoir le développement économique et social du continent africain à travers l’innovation. » Tel est l’objectif du concours « Start-up of the Year / Africa 2017 » organisé par Bonjour Idée, magazine créé par le Togolais KossiAdzo et le groupe OCP, géant des phosphates marocain, en partenariat avec PwC, Engie, SNCF, Be-Bound, QWant, Labs-NS Avocats et plusieurs médias, dont Afrique Méditerranée Business. 
Lancé en novembre dernier pendant la COP 22 à Marrakech, la compétition vise à élire la start-up africaine de l’année, qui conjugue inventivité et impact sur le terrain. Le lauréat sera désigné par un jury composé de représentants des entreprises partenaires et de YazirChir, le cofondateur de Be-Bound, start-up de l'année 2016, parmi un top 100 établi par le public après un vote en ligne. L’heureux élu recevra un chèque de 10 000 euros, profitera d’une campagne de communication et bénéficiera d’un accès privilégié aux sociétés partenaires de l’opération. ...
Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Au Maroc, le changement climatique accroît le stress hydrique. Le Groupe OCP, leader dans le domaine de la nutrition des plantes, s’engage à ne plus recourir aux ressources en eaux conventionnelles pour ses besoins industriels d’ici 2026.

Publié en juillet 2022

Le spécialiste des questions monétaires et directeur de l’Institut Rousseau, think tank classé à gauche, se montre pour le moins circonspect quant à la fiabilité du bitcoin et son intérêt pour les pays africains. Il nous explique pourquoi.

Publié en juillet 2022

La République centrafricaine est le deuxième État à avoir adopté la fameuse cryptomonnaie. Problème : son cours est en chute libre. Mais malgré les doutes, le président Faustin-Archange Touadéra affiche de grandes ambitions virtuelles.

Publié en juillet 2022