Aller au contenu principal
Dubaï

À la recherche de sa réinvention

Par Sylvie A. Briand - Publié en juillet 2017
Share

C’est la ville de tous les superlatifs. Ici, peu de pétrole mais des projets gigantesques et une ambition sans limite. Sauf que la chute du prix du baril, les tensions géostratégiques et un certain essoufflement du modèle poussent l’émirat à trouver de nouvelles sources de croissance. Notamment dans les technologies et « l’économie mondiale du savoir ».

C’est l’histoire d’une ascension fulgurante, celle d’un petit port de pêche adossé au désert, qui ne comptait pas 60 000 âmes en 1969, devenu une métropole financière, touristique et commerciale de 2,7 millions d’habitants au sein de la fédération des Émirats arabes unis (EAU). Dubaï veut faire rêver. Rien ne semble vouloir arrêter ses projets gigantesques d’îles artificielles, de gratte-ciel futuristes et de centres commerciaux au luxe clinquant.

Pas même une économie mondiale au ralenti qui a assombri le ciel émirati en provoquant depuis un peu plus d’un an plusieurs milliers de licenciements dans les seuls secteurs bancaire et aéronautique. Si la croissance ne semble pourtant pas menacée à court terme, avec une « prévision de 3 % par an en moyenne jusqu’en 2020 », souligne Khatija Haque, chef économiste pour la région Moyen-Orient/Afrique du Nord à la banque Emirates NBD, Dubaï doit se réformer pour assurer son avenir. Et c’est...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Au Maroc, le changement climatique accroît le stress hydrique. Le Groupe OCP, leader dans le domaine de la nutrition des plantes, s’engage à ne plus recourir aux ressources en eaux conventionnelles pour ses besoins industriels d’ici 2026.

Publié en juillet 2022

Le spécialiste des questions monétaires et directeur de l’Institut Rousseau, think tank classé à gauche, se montre pour le moins circonspect quant à la fiabilité du bitcoin et son intérêt pour les pays africains. Il nous explique pourquoi.

Publié en juillet 2022

La République centrafricaine est le deuxième État à avoir adopté la fameuse cryptomonnaie. Problème : son cours est en chute libre. Mais malgré les doutes, le président Faustin-Archange Touadéra affiche de grandes ambitions virtuelles.

Publié en juillet 2022