Aller au contenu principal
Dette

La République du Congo jongle pour éviter la faillite

Par Jean-Michel Meyer - Publié en novembre 2021
Share

Les caisses vides après la chute du cours du pétrole et surendetté, l’État cherche des appuis pour se renflouer et relancer son économie.

La Chine, les traders pétroliers, la société de travaux publics et de construction Commisimpex, le FMI, la Banque mondiale, l’Union européenne : la République du Congo multiplie les négociations et les rencontres avec ses créanciers et ses bailleurs de fonds pour éviter la faillite. En ce mois de novembre, le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, sollicitera, cette fois, la Commission de l’Union européenne, à Bruxelles, pour tenter de sauver un État aux finances exsangues.

La présence du nom de l’inamovible chef de l’État, Denis Sassou Nguesso, dans les « Pandora Papers », l’enquête internationale sur l’évasion fiscale publiée début octobre dernier, ne facilitera pas les discussions, avec un pays classé 165e sur 180 pour l’indice de perception de la corruption en 2020. Or, l’économie congolaise, au plus mal, s’est contractée de 8,6 %. Dans un contexte de crise mondiale et avec un prix du baril tombé à 18 dollars, le pays a vu sa production chuter sous les 300 000 barils par jour durant cette même année. L’or noir représente plus d’un tiers du PIB et un peu...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

La croissance économique revenue, les GAFAM américains renouent avec une stratégie offensive en Afrique. Google ouvre le bal avec un investissement de 1 milliard de dollars sur cinq ans.

Publié en novembre 2021

La pandémie a lourdement pénalisé la distribution de films en salles. Mais le Covid-19 a aussi accéléré la révolution digitale d’une industrie qui retrouve un nouveau souffle.

Publié en novembre 2021

Qualifiés d’outils les plus adaptés pour industrialiser un pays, ces espaces fleurissent en Afrique : il en existe plus de 200, et 70 sont en projet.

Publié en novembre 2021