Aller au contenu principal
Croissance

Le Covid-19 dope les start-up dans la santé

Par Jean-Michel Meyer - Publié en mai 2021
Share
SHUTTERSTOCK
SHUTTERSTOCK 

Prisées par les investisseurs, les sociétés technologiques du secteur médical ont vu leur capital croître de 257 % en un an.

Le coronavirus est un véritable incubateur pour start-up. « Notre solution est utilisée pour lutter contre la pandémie », indique Henri Ousmane Gueye, le patron d’Eyone, une société éditrice de logiciels sénégalaise fondée en 2015, et présente aussi au Mali, au Niger et en France.« Nous sommes partis du constat de la complexité du parcours de soins, avec la solution d’accompagner les professionnels de santé à se digitaliser pour utiliser les données de leurs patients en temps réel pour les soigner. Mais avec la pandémie, tout le monde a vu l’importance d’avoir des précisions en temps réel sur la disponibilité des médicaments, des lits d’hôpital, etc. Notre solution a été utilisée au quotidien par les médecins dans les centres de traitement, permettant d’agréger des informations et de les remonter quotidiennement au ministère de la Santé »,ajoute-t-il. Les sociétés technologiques dans la santé sont ainsi très prisées par les investisseurs. Selon un rapport de Disrupt Africa, un site qui étudie l’écosystème des start-up technologiques africaines, leur capital a augmenté de257,5 % entre 2019 et 2020.Au cœur de la pandémie...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Sous l’impulsion de son président, qui s’est rendu 28 fois sur le continent depuis 2003, la Turquie affiche l’objectif de doubler le volume de ses échanges commerciaux, pour les hisser à 50 milliards de dollars dans les années à venir.

Publié en mai 2021

Madrid a lancé le plan « Focus Afrique 2023 » en mars dernier. Renforcer les liens commerciaux et freiner l’immigration. C’est le message porté par le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, en visite en Angola et au Sénégal les 8 et 9 avril derniers.

Publié en mai 2021

La pandémie a fait perdre de 23 % à 33 % de revenus aux caisses africaines. Elles pourraient retrouver leur niveau d’activité l’an prochain et leur rentabilité d’ici 2024.

Publié en mai 2021