Aller au contenu principal
Business

Le défi du chocolat

Par Francine Yao - Publié en septembre 2021
Share
Le président Ouattara, le 1er octobre 2020 à Yamoussoukro, lors de l'annonce des nouveaux prix « bord champ ». SIA KAMBOU/AFP
Le président Ouattara, le 1er octobre 2020 à Yamoussoukro, lors de l'annonce des nouveaux prix « bord champ ». SIA KAMBOU/AFP

Forte de son leadership mondial dans la production du cacao, la Côte d’Ivoire cherche désormais à développer la transformation des fèves, afin de mieux négocier face aux grands groupes.

​​​​​​​Depuis plusieurs mois, les producteurs de cacao traversent des moments difficiles. La raison : le prix d’achat « bord champ » fixé par le Conseil café-cacao (CCC) n’est pas respecté sur le terrain. Planteur à Touih, village situé à environ 300 km de route d’Abidjan, dans le sud-ouest du pays, Yao Anderson vit mal cette situation qu’il dit ne pas comprendre : « C’est très difficile actuellement. Les gens achètent le cacao à 700 francs CFA. Ils descendent même jusqu’à 600 FCFA, alors que le Conseil café-cacao a fixé le prix à 750 FCFA », se désole-t-il. Raphaël Kouame, planteur à Duékoué, dans l’ouest du pays, relate une mésaventure semblable : « Il y a quelques jours, j’ai été obligé de brader mon cacao à 600 FCFA le kilo, parce que ma femme devait accoucher et je n’avais pas d’argent pour faire face aux dépenses », confie-t-il, un brin ému...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Avec un taux de croissance stable, qui se situe autour de 8 % depuis une décennie, la puissance économique sous- régionale ivoirienne contribue à plus du tiers du PIB de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et contribue à plus de 60 % de ses exportations agricoles, cacao en tête. Malgré la crise du Covid-19, la résilience de son économie a fait ses preuves, en pour- suivant sa transformation structurelle, engagée depuis le Plan national de développement (PND) 2016-2020, notamment à travers le développement des produits manufacturés localement, la diversification des exportations et l’accueil d’investissements de plus en plus privés. Pour l’élaboration du PND 2021-2025, évalué à 59000 milliards de FCFA (90 milliards d'euros), le gouvernement du Premier ministre Patrick Achi a multiplié les consultations, en particulier avec le secteur privé, qui devrait participer à son financement à hauteur de plus de 70 %. Favoriser l’accès au crédit ou allier le numérique à la transformation industrielle sont, entre autres, autant de priorités envisagées pour les entreprises afin que la Côte d’Ivoire devienne un pays émergent au plus tard en 2030.

Publié en septembre 2021

Ce secteur en plein essor lutte assez efficacement contre la pauvreté, mais de nombreux challenges demeurent.

Publié en septembre 2021

En avril, le gouvernement s’était donné trois mois pour régler le problème du déficit énergétique. C’est désormais (presque) chose faite.

Publié en septembre 2021