Aller au contenu principal
Croissance

Le Maroc en quête d’un nouveau souffle

Par Jean-Michel Meyer - Publié en juillet 2021
Share

Le modèle économique du royaume, critiqué par le roi depuis 2017, a été revisité par une commission qui promet une croissance de 7 % à partir de 2030.

im
Mohammed VI et son fils, le prince Moulay El Hassan (à gauche), lors d’une réunion de travail sur le Covid-19, à Rabat, en 2020.BALKIS PRESS/ABC/ANDIA.FR

Le moment était très attendu. Fin mai, Chakib Benmoussa, le président de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) a présenté au roi Mohammed VI son rapport de 167 pages, résultat du travail des 36 experts mobilisés depuis le 12 décembre 2019. Objectif : cap sur l’émergence à l’horizon 2035. « L’économie doit évoluer d’une économie à faible valeur ajoutée et à basse productivité, avec des niches rentières et protégées, à une économie diversifiée et compétitive, portée par un tissu dense d’entreprises innovantes et résilientes », détaillent avec ambition les rapporteurs. La CSMD promet ainsi une croissance de 6 % en moyenne à partir de 2025 et de 7 % à partir de 2030, « à travers la diversification

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Au Maroc, le changement climatique accroît le stress hydrique. Le Groupe OCP, leader dans le domaine de la nutrition des plantes, s’engage à ne plus recourir aux ressources en eaux conventionnelles pour ses besoins industriels d’ici 2026.

Publié en juillet 2022

Le spécialiste des questions monétaires et directeur de l’Institut Rousseau, think tank classé à gauche, se montre pour le moins circonspect quant à la fiabilité du bitcoin et son intérêt pour les pays africains. Il nous explique pourquoi.

Publié en juillet 2022

La République centrafricaine est le deuxième État à avoir adopté la fameuse cryptomonnaie. Problème : son cours est en chute libre. Mais malgré les doutes, le président Faustin-Archange Touadéra affiche de grandes ambitions virtuelles.

Publié en juillet 2022