Aller au contenu principal
Influence

Le poids croissant de Moscou
En Afrique

Par Cédric Gouverneur - Publié en mars 2022
Share
Sommet Russie-Afrique à Sotchi, en 2019, où 43 chefs d’État ont répondu à l’invitation de Vladimir Poutine. ALEXEI DRUZHININ/SPUTNIK/SPUTNIK VIA AFP
Sommet Russie-Afrique à Sotchi, en 2019, où 43 chefs d’État ont répondu à l’invitation de Vladimir Poutine. ALEXEI DRUZHININ/SPUTNIK/SPUTNIK VIA AFP

L’embarras du continent face à l’investisseur russe se fait de plus en plus sentir.

​​​​​​​Lors du vote, le 2 mars dernier, de la résolution des Nations unies condamnant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, 17 pays africains se sont abstenus et un a voté contre (l’Érythrée…) Difficile de tourner le dos à un vieil allié, héritier de l’Union soviétique qui avait fermement appuyé les indépendantistes contre les colonisateurs… Dans les années 1980, l’URSS s’était même militairement engagée, via Cuba, au Sud-Ouest africain (actuelle Namibie), ALEXEI DRUZHININ/SPUTNIK/SPUTNIK VIA AFP annexé par le régime de l’Apartheid. L’Afrique du Sud a logiquement refusé de voter la résolution, arguant que le texte ne permet pas de « construire la confiance ». D’autant que les entreprises sud-africaines cumulent environ 5 milliards de dollars d’investissement en Russie. Le Mali, exclu de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CÉDÉAO) et en froid avec Paris, ne peut se permettre de fâcher son allié russe, d’autant que le groupe Wagner combat en Ukraine ! Idem pour la République centrafricaine, qui a été jusqu’à reconnaître l’indépendance...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le géant marocain des phosphates a signé un partenariat stratégique avec les autorités pour développer les chaînes de valeur agricoles dans le pays.

Publié en mai 2022

L’explosion des cours ouvre des perspectives nouvelles, notamment en matière d’industrialisation. En particulier pour tous les minerais concernés par les exigences du développement durable.

Publié en mai 2022

La flambée des cours des matières premières et les sanctions frappant la Russie pourraient bénéficier, à terme, au secteur minier africain.

Gaz, pétrole, blé, métaux… Le cours des matières premières s’est envolé avec la guerre en Ukraine. L’indice London Metal Exchange (LME), qui regroupe les cotations des métaux, avait déjà bondi de 30 % en un an en raison de la reprise économique post-Covid.

Publié en avril 2022