Aller au contenu principal
Est-ouest

Le rêve africain d’Erdogan

Par Jean-Michel Meyer - Publié en mai 2021
Share
EFE
Le chef d’État Macky Sall accueille son homologue turc au Palais présidentiel, à Dakar, le 28 janvier 2020. ZOHRA BENSEMRA/REUTERS

Sous l’impulsion de son président, qui s’est rendu 28 fois sur le continent depuis 2003, la Turquie affiche l’objectif de doubler le volume de ses échanges commerciaux, pour les hisser à 50 milliards de dollars dans les années à venir.

L’information n’a pas fait la une de la presse internationale. Le 6 avril, la Turquie ouvrait pour la première fois une ambassade au Togo. Si le projet a été retardé par la pandémie, les objectifs de cette nouvelle représentation diplomatique étaient déjà définis. « La coopération économique entre les deux pays sera renforcée et des investissements sont prévus dans plusieurs domaines, surtout dans la transformation des produits agricoles au Togo », précisait, dès avril 2019, Onur Özçeri, l’ambassadeur turc au Togo, qui était basé jusque-là au Bénin. Des investissements sont aussi annoncés dans l’exploitation minière, l’industrie textile, les infrastructures et l’énergie. « Le premier et le plus important est l’installation au Togo d’une plate-forme de transformation des matières premières qui devrait accueillir une centaine d’entreprises turques. C’est le marché local qui est ciblé et celui de la zone ouest-africaine »...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Au Maroc, le changement climatique accroît le stress hydrique. Le Groupe OCP, leader dans le domaine de la nutrition des plantes, s’engage à ne plus recourir aux ressources en eaux conventionnelles pour ses besoins industriels d’ici 2026.

Publié en juillet 2022

Le spécialiste des questions monétaires et directeur de l’Institut Rousseau, think tank classé à gauche, se montre pour le moins circonspect quant à la fiabilité du bitcoin et son intérêt pour les pays africains. Il nous explique pourquoi.

Publié en juillet 2022

La République centrafricaine est le deuxième État à avoir adopté la fameuse cryptomonnaie. Problème : son cours est en chute libre. Mais malgré les doutes, le président Faustin-Archange Touadéra affiche de grandes ambitions virtuelles.

Publié en juillet 2022