Aller au contenu principal
Media

Le streaming
s’impose en Afrique

Par Cédric Gouverneur - Publié en août 2022
Share
Le service sud-africain Showmax surclasse Netflix, avec 2 millions d’abonnés en 2021. DR
Le service sud-africain Showmax surclasse Netflix, avec 2 millions d’abonnés en 2021. DR

En jouant « local » et « international », les plates-formes et la télévision payante conquièrent de plus en plus d’abonnés sur le continent.

La progression est vertigineuse : selon le cabinet français Dataxis, les plates-formes de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) ont doublé leur nombre d’abonnés en Afrique subsaharienne entre 2018 et 2021, pour atteindre environ 5 millions de foyers. Elles devraient voir leur croissance progresser encore plus fortement ces prochaines années et en toucher 15 millions en 2026.Alors qu’en Europe dominent les sociétés américaines Netflix, Disney+ et Amazon Prime Video, le marché africain se caractérise par l’excellente performance des entreprises du continent : Showmax, plate-forme de streaming du groupe sud-africain MultiChoice, y surclasse même Netflix, avec 2 millions d’abonnés en 2021 et 5 millions prévus en 2026, contre 1,5 million en 2021 et 4,7 en 2026 pour le service américain.« Le succès de Showmax repose en partie dans sa capacité à offrir à la fois des productions internationales et locales », écrit Léa Zouein, analyste de Dataxis. L’an dernier, « quatre des cinq plus gros succès de Showmax en Afrique subsaharienne » étaient des programmes africains.

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Cet immense pays sahélien, avec une forte croissance démographique, est confronté à une crise alimentaire majeure, aggravée par l’insécurité et le conflit en Ukraine.

Publié en août 2022

Derrière son image glamour, la principauté est aussi un vivier d’entrepreneurs. Qui regardent vers le continent.

Publié en août 2022

Membre du panel international d’experts sur les systèmes alimentaires durables, le chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) souligne l’importance des facteurs structurels dans l’actuelle crise alimentaire.

Publié en août 2022