Aller au contenu principal
Entrevue

Malek Lakhal :
« Il est essentiel de politiser l’intime »

Par CATHERINE FAYE - Publié en septembre 2022
Share
MYRIAM AMRI
MYRIAM AMRI

Dans un premier roman choral, la jeune autrice tunisienne, formée à la philosophie, explore les liens familiaux.

À la fois énigmatique et tout en retenue, Malek Lakhal, formée aux théories politiques, donc à la philosophie, propose un récit piqué de non-dits, dans lequel les méandres d’une famille bourgeoise tunisienne se dessinent à travers les regards croisés de chacun des protagonistes. Et le lecteur, tiraillé entre les ressentis des six voix de cette expérience littéraire, circule dans ce puzzle social comme avec une caméra invisible. Difficile de ne pas penser au prodigieux Juste la fin du monde, de Xavier Dolan. Un va-et-vient cinématographique furieux autour des silences d’un fils et de l’impossible annonce de sa mort prochaine. C’est cette intimité familiale, nourrie de ses secrets et de ses codes, que l’auteure et cofondatrice d’Asameena, magazine littéraire en ligne, explore. Au cœur de son premier roman, Ahmed, malade du sida, sait qu’il doit repartir en France pour se soigner. Mais le poids de la société, des non-dits, des sentiments comprimés, irrépressibles, l’assigne à un mutisme, fragile, prêt à éclater. Tout comme cette « valse des silences », titre du livre, dans laquelle, autour de lui, la mère, le père, le frère, la tante et l’amie oscillent, se cachent ou se dévoilent, se figent ou se transforment. Sans un mot. Un roman cubiste, où chacun tisse ou détricote l’écheveau des liens familiaux. En naviguant à vue.

AM : Pour quelle raison avez-vous construit votre roman autour d’Ahmed, malade du sida ?

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Passeur d’une culture multiforme, le Mozambicain lusophone est aujourd’hui l’un des écrivains les plus inventifs du continent. L’œuvre foisonnante de ce poète engagé, également biologiste, puise aux racines de l’imaginaire et de la tradition orale de son Afrique natale.

 

Publié en octobre 2022

Après avoir passé près de trente-cinq ans au gouvernement camerounais, il était probablement l’une des figures les plus emblématiques des années Biya. Tour à tour délégué général au Tourisme, puis à la Gendarmerie nationale, et secrétaire d’État à la Défense, Amadou Ali est nommé secrétaire général de la présidence de la République en 1996. Il sera ensuite ministre d’État chargé de la Défense et garde des Sceaux. En 2004, il devient vice-Premier ministre, et finit sa carrière comme ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées.

Publié en septembre 2022

Son dernier roman, Les Vertueux, raconte le destin d’un berger jeté dans les fracas de la Grande Guerre et de l’adversité. Pour l’auteur, cette fresque historique palpitante, pétrie de philosophie, signe son œuvre la plus accomplie. 

Publié en septembre 2022