Aller au contenu principal

Marabouts… de ficelle !

Par empontie - Publié en février 2011
Share

CHAQUE STAR A SA VOYANTE, les hommes d’affaires leur gourou, les chefs d’État leur marabout. On paie des fortunes, on sacrifie des cheptels de boeufs ou de poulets, on saute dans des avions pour aller consulter le dernier sorcier à la mode. On colporte des histoires d’amis d’amis pour qui ça a réussi, on se rassure, on y croit.
Le truc, et on peut comprendre, c’est que l’on crève d’envie de savoir de quoi sera fait demain et surtout de changer le cours des choses lorsqu’il ne nous plaît pas. Dans certaines sociétés, et très clairement en Afrique, la place que prennent les marabouts et autres magiciens est devenue nettement disproportionnée. S’il faut jeûner pour que son chéri revienne, on est prêt à en mourir. S’il faut se ruiner pour que ses finances refleurissent, on le fait direct. On est prêt à se tartiner de bouillies verdâtres pour aller mieux, d’ingurgiter des potions immondes pour être heureux. On va jusqu’à souhaiter la mort d’un voisin haï ou d’une cousine détestée, et féticher ardemment pour cela.

Les maladies inexpliquées sont forcément attribuées à un mauvais sort, les décès prématurés aussi, bien sûr. Pourquoi accorder tant de crédit à ces diseurs de bonne aventure, qui sont, accessoirement, le plus souvent super-pauvres, super-vieux et en supermauvaise santé ? C’est curieux, tant de crédulité.

Premières sources de ruine sociale et de désespoir psychologique, ces marabouts à cauris, tarots ou poissons volants prospèrent sur le dos de gens naïfs, les induisent en erreur et leur font faire n’importe quoi. Franchement, si leurs pouvoirs étaient réels, ça se saurait. Tout au plus ont-ils la fonction bénéfique de rassurer un temps celui qui vient consulter en lui promettant que tout va s’arranger. Il repart tout guilleret et certainement plus apte à régler son problème tout seul… C’est déjà pas mal, me direz-vous… On peut aussi aller les visiter pour le folklore, avec beaucoup de recul et en gardant son sens critique. Mais, vraiment, compter sur soi-même pour régler ses propres problèmes est bien plus sûr… Désolée de décevoir les lecteurs les plus sensibles…

Dans la même rubrique

Entre août 2020 et septembre 2022, l’Afrique francophone a connu cinq coups d’État, dont deux en moins de huit mois au Burkina Faso.

Publié en novembre 2022

Nous voilà tous au bord de la mer Rouge, à Charm el-Cheikh, pour la 27e Conférence des parties sur les changements climatiques. 

Publié en novembre 2022

Le saviez-vous ? Dans le monde, 244 millions d’enfants de 6 à 18 ans ne sont pas scolarisés. Et la plus grande partie d’entre eux (98 millions) réside en Afrique subsaharienne. Un bien triste record. La principale raison, c’est le nombre important de zones d’insécurité. Au Burkina Faso, 2,6 millions d’écoliers seront privés de rentrée, notamment dans six régions en proie à des crises sociales, des tensions ou autres trafics. Pas d’école non plus au Nord-Kivu, ravagé par la guerre en République démocratique du Congo. La région séparatiste anglophone du Nord-Ouest au Cameroun a aussi vu de nombreux élèves rester chez eux lors de la rentrée scolaire le 5 septembre dernier… Etc., etc.

Publié en octobre 2022