Aller au contenu principal
Business

Microfinance : le succès est déjà là

Par Francine Yao - Publié en septembre 2021
Share
L'agence d'Abobo de la banque Baobab, spécialiste des crédits s'adressant aux plus modestes. NABIL ZORKOT
L'agence d'Abobo de la banque Baobab, spécialiste des crédits s'adressant aux plus modestes. NABIL ZORKOT

Ce secteur en plein essor lutte assez efficacement contre la pauvreté, mais de nombreux challenges demeurent.

La microfinance a de beaux jours devant elle en Côte d’Ivoire, où les autorités ont très vite compris la nécessité d’agir en faveur des ménages à faibles revenus, des petits entrepreneurs et plus généralement des individus qui n'ont pas accès au système bancaire traditionnel. Selon l’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés (APSFD-CI), qui regroupe 45 établissements de microfinance agréés, le secteur compte 401 points de service repartis sur le territoire national. En 2020, il comptait plus de 2 millions de clients, contre 1,8 million en 2019. En matière de financements, 384,8 milliards de FCFA de crédit ont été octroyés en 2020 contre 341 milliards en 2019. En ce qui concerne les dépôts, le secteur totalise 381,5 milliards de FCFA en 2020, contre 349,7 milliards en 2019. Des performances en partie liées à l’adéquation de l’offre avec la demande locale. Les structures de microfinance sont nombreuses à proposer leurs produits et services aux populations qui ne peuvent bénéficier de prêts des banques commerciales, souvent par manque de structuration ou parce...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Avec un taux de croissance stable, qui se situe autour de 8 % depuis une décennie, la puissance économique sous- régionale ivoirienne contribue à plus du tiers du PIB de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et contribue à plus de 60 % de ses exportations agricoles, cacao en tête. Malgré la crise du Covid-19, la résilience de son économie a fait ses preuves, en pour- suivant sa transformation structurelle, engagée depuis le Plan national de développement (PND) 2016-2020, notamment à travers le développement des produits manufacturés localement, la diversification des exportations et l’accueil d’investissements de plus en plus privés. Pour l’élaboration du PND 2021-2025, évalué à 59000 milliards de FCFA (90 milliards d'euros), le gouvernement du Premier ministre Patrick Achi a multiplié les consultations, en particulier avec le secteur privé, qui devrait participer à son financement à hauteur de plus de 70 %. Favoriser l’accès au crédit ou allier le numérique à la transformation industrielle sont, entre autres, autant de priorités envisagées pour les entreprises afin que la Côte d’Ivoire devienne un pays émergent au plus tard en 2030.

Publié en septembre 2021

Forte de son leadership mondial dans la production du cacao, la Côte d’Ivoire cherche désormais à développer la transformation des fèves, afin de mieux négocier face aux grands groupes

Publié en septembre 2021

En avril, le gouvernement s’était donné trois mois pour régler le problème du déficit énergétique. C’est désormais (presque) chose faite.

Publié en septembre 2021