Aller au contenu principal
Entretien

Mohamed Mbougar Sarr
« La littérature est un pays de liberté absolue »

Par Astrid Krivian - Publié en novembre 2021
Share

Son nouveau roman, La Plus Secrète Mémoire des hommes, vient d’obtenir le prestigieux prix Goncourt. Et dynamite la scène littéraire. Le jeune virtuose sénégalais propose une épopée totale, historique, transcontinentale et polémique, inspirée par le parcours tragique de l’écrivain Yambo Ouologuem.  Nous l’avons rencontré quelques jours avant le prix. Une interview en toute liberté sur la force de la littérature. Exclusivité Afrique Magazine.

Mohamed Mbougar Sarr. AMANDA ROUGIER
Mohamed Mbougar Sarr. AMANDA ROUGIER

​​​​​​​La littérature est sa patrie profonde, son continent intérieur. Né en 1990, enfant friand de lectures, de dictionnaires et de Scrabble, Mohamed Mbougar Sarr écrit dès l’adolescence des reportages dans un journal. Après ses études secondaires au Prytanée militaire de Saint-Louis, au Sénégal, il étudie la littérature et la philosophie en France à l’École des hautes études en sciences sociales. En 2014, il publie son premier roman Terre ceinte (prix Ahmadou Kourouma, Grand prix du roman métis), puis Silence du choeur en 2017 (prix Littérature monde) et De purs hommes l’année suivante. Son nouvel ouvrage, La Plus Secrète Mémoire des hommes, est actuellement en lice pour les prestigieux prix Goncourt, Renaudot, Fémina et de l’ Académie française. L’intrigue ? De nos jours, Diégane Latyr Faye, jeune auteur installé à Paris, enquête sur...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Spécialiste de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Éloi Ficquet est le cosignataire, avec d’autres chercheurs, d’une tribune publiée en novembre 2021 dans Le Monde, qui dénonce le risque de génocide. Il est l’auteur, avec Gérard Prunier, de l’ouvrage Understanding Contemporary Ethiopia. Et ne cache pas son pessimisme…

Publié en décembre 2021

Au terme de deux décennies d’un mariage « grand format » et d’une explosion des échanges, l’heure est au bilan sans trop de concessions.. Et à la redéfinition d’un partenariat plus équilibré.

Publié en décembre 2021

Les cinéastes (et jumeaux) gazaouis mettent l’humain au centre de leur second film : ce conte poétique met en lumière une relation inattendue entre un pêcheur et une couturière qui partagent le même goût de liberté.

Publié en décembre 2021