Aller au contenu principal
Nabi l Ayouch, le 20 mai 2019, lors de la 72 e édition du Festival de Cannes , où Adam , de Maryam Touzani, a été présenté.DENIS MAKARENKO/SHUTTERSTOCK
Nabi l Ayouch, le 20 mai 2019, lors de la 72 e édition du Festival de Cannes , où Adam , de Maryam Touzani, a été présenté.DENIS MAKARENKO/SHUTTERSTOCK
émotions

Nabil Ayouch
«C'est un film miraculeux»

Par Jean-Marie Chazeau - Publié en juin 2024
Share

Habitué du Festival de Cannes, le cinéaste franco-marocain est venu y présenter Everybody Loves Touda, qui sera sur les écrans à la fin de l’année. Le portrait d’une femme libre et intense, qui se rêve en artiste. Un film coécrit avec son épouse, la talentueuse Maryam Touzani.

DR
DR

T​​​​​​​ouda, le personnage au centre du nouveau film de Nabil Ayouch, est une mère célibataire analphabète, qui élève seule son fils sourd-muet et rêve d’aller chanter surles plus grandes scènes du Maroc… Un joli mélo un peu chargé? Non, un hymne incandescent au parcours d’une femme incarnée avec intensité par la comédienne Nisrin Erradi, vue récemment dans Reines, de Yasmine Benkiran, et révélation des Césars en 2021 pour son rôle dans Adam, de Maryam Touzani, l’épouse de Nabil Ayouch. Le cinéaste franco-marocain se fait ainsi plus que jamais l’ambassadeur de son pays d’origine, en réhabilitant la figure des cheikha, ces chanteuses portant haut l’art de l’aïta, poésie chantée venue des plaines du Maroc. Des femmes mal vues, car elles célèbrent la liberté des corps et des désirs, et dont le cri (traduction du mot aïta) est en voie de disparition, les chanteuses étant incitées à interpréter un art plus accessible dans les...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article