Aller au contenu principal
C'est Comment ?

Non au palu !

Par Emmanuelle Pontié - Publié en mai 2022
Share

Le 25 avril, c’était la journée mondiale de lutte contre le paludisme. L’occasion de faire le point sur un fléau majeur qui frappe en priorité le continent africain depuis des décennies, avec un lot de chiffres effarants, que l’on avait presque oubliés pendant les années Covid.

Mais ce fut surtout l’occasion de constater plusieurs embellies qui s’annoncent. Enfin. Depuis 2019, plus de 1 million d’enfants au Ghana, au Kenya et au Malawi ont reçu une ou plusieurs doses du premier vaccin antipaludique au monde : le RTS,S (ou Mosquirix). Il devrait rapidement être utilisé chez davantage de petits. L’Organisation mondiale de la santé estime que, déployé à grande échelle, le liquide pourrait sauver la vie de 40 000 à 80 000 enfants supplémentaires chaque année. Autre progrès majeur : la généralisation en Afrique depuis quelques années des campagnes de chimioprévention du paludisme saisonnier, ciblant les petits âgés de 3 à 59 mois, a permis de protéger 11,8 millions d’entre eux. Enfin, la distribution de moustiquaires imprégnées et les opérations de pulvérisation d’insecticides à effet rémanent se sont intensifiées. Car on dénombrait encore 241 millions de cas de paludisme dans le monde en 2020, ainsi que 627 000 décès. Et 95 % des cas et 96 % des décès ont eu lieu en Afrique. Principalement chez les enfants.

 

DOM
DOM

Alors, certes, on se doute que Big Pharma s’investit avec moins d’entrain dans la recherche de solutions pour les patients issus de zones « pauvres ». Mais tout de même, on peut se demander comment de tels chiffres peuvent encore exister. Chaque pays d’Afrique accueille, depuis des décennies, des dons de moustiquaires traitées, à grand renfort de cérémonies de remerciement… Les vaccins, pour la plupart, sont mis à disposition par des organisations humanitaires mondiales, du type Gavi ou autres. C’est bien. Mais il faudrait peut-être que les gouvernements des pays concernés mettent la priorité absolue sur la question, primordiale, du palu, augmentent les budgets de leur ministère de la Santé, investissent eux-mêmes dans la recherche, prévoient des lignes budgétaires dédiées pour acheter, distribuer, soigner…

Cette maladie (due à un moustique !) peut facilement être éradiquée, tous les spécialistes le disent. En République centrafricaine, la malaria est toujours, et encore, la première cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans. Il faut que ça s’arrête. Sans une volonté politique locale forte, le combat piétine et les progrès avancent à pas de fourmi. Alors, oui, il y a enfin un vaccin. De l’espoir. Mais il faut aller plus vite. Au nom des enfants d’Afrique.

Dans la même rubrique

Le coup d’État perpétré le 26 juillet 2023 contre le régime civil et de nature démocratique du pré- sident Mohamed Bazoum au Niger est une tragé- die. La date restera. Opération, dit-on, de convenance et d’opportunité menée par le chef de la garde présidentielle, le général Abdourahmane Tiani, elle va entraîner une profonde déstabilisation d’un pays clé pour l’architecture régionale.

Publié en août 2023

Le sujet a fait long feu, certes. Depuis bien longtemps, les aventures vécues dans les consulats français du continent par des amis africains qui veulent venir en France pour des soins, des vacances ou autres, sont légion. Comme celle de ce ministre d’État d’un pays d’Afrique centrale: «On a dit à mon aide de camp parti renouveler mon visa que, dorénavant, tout le monde devait venir s’aligner au soleil en personne, ministre ou pas, pour ce genre de démarche. 

Publié en août 2023

Le Sommet pour un nouveau pacte financier mondial s’est déroulé en juin dernier, à Paris. La plupart des chefs d’État africains étaient là. Et... de nouvelles promesses pour aider le continent à lutter contre le changement climatique et à réduire les inégalités ont été faites.

Publié en juillet 2023