Aller au contenu principal
C'est Comment ?

Non au palu !

Par Emmanuelle Pontié - Publié en mai 2022
Share

Le 25 avril, c’était la journée mondiale de lutte contre le paludisme. L’occasion de faire le point sur un fléau majeur qui frappe en priorité le continent africain depuis des décennies, avec un lot de chiffres effarants, que l’on avait presque oubliés pendant les années Covid.

Mais ce fut surtout l’occasion de constater plusieurs embellies qui s’annoncent. Enfin. Depuis 2019, plus de 1 million d’enfants au Ghana, au Kenya et au Malawi ont reçu une ou plusieurs doses du premier vaccin antipaludique au monde : le RTS,S (ou Mosquirix). Il devrait rapidement être utilisé chez davantage de petits. L’Organisation mondiale de la santé estime que, déployé à grande échelle, le liquide pourrait sauver la vie de 40 000 à 80 000 enfants supplémentaires chaque année. Autre progrès majeur : la généralisation en Afrique depuis quelques années des campagnes de chimioprévention du paludisme saisonnier, ciblant les petits âgés de 3 à 59 mois, a permis de protéger 11,8 millions d’entre eux. Enfin, la distribution de moustiquaires imprégnées et les opérations de pulvérisation d’insecticides à effet rémanent se sont intensifiées. Car on dénombrait encore 241 millions de cas de paludisme dans le monde en 2020, ainsi que 627 000 décès. Et 95 % des cas et 96 % des décès ont eu lieu en Afrique. Principalement chez les enfants.

 

DOM
DOM

Alors, certes, on se doute que Big Pharma s’investit avec moins d’entrain dans la recherche de solutions pour les patients issus de zones « pauvres ». Mais tout de même, on peut se demander comment de tels chiffres peuvent encore exister. Chaque pays d’Afrique accueille, depuis des décennies, des dons de moustiquaires traitées, à grand renfort de cérémonies de remerciement… Les vaccins, pour la plupart, sont mis à disposition par des organisations humanitaires mondiales, du type Gavi ou autres. C’est bien. Mais il faudrait peut-être que les gouvernements des pays concernés mettent la priorité absolue sur la question, primordiale, du palu, augmentent les budgets de leur ministère de la Santé, investissent eux-mêmes dans la recherche, prévoient des lignes budgétaires dédiées pour acheter, distribuer, soigner…

Cette maladie (due à un moustique !) peut facilement être éradiquée, tous les spécialistes le disent. En République centrafricaine, la malaria est toujours, et encore, la première cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans. Il faut que ça s’arrête. Sans une volonté politique locale forte, le combat piétine et les progrès avancent à pas de fourmi. Alors, oui, il y a enfin un vaccin. De l’espoir. Mais il faut aller plus vite. Au nom des enfants d’Afrique.

Dans la même rubrique

Juillet, août. Chacun, d’une manière ou d’une autre, va prendre un peu de repos, faire une pause, les pieds en éventail quelque part. Sur sa terrasse ou dans son jardin, à l’étranger, au village. Justement, au village… L’occasion de fréquenter un peu les anciens, de se remémorer leurs habitudes alimentaires, par exemple. Et pourquoi pas, de rêver un peu.

Publié en août 2022

Voilà, les jeux sont (provisoirement) faits. Kaïs Saïed a fait adopter sa nouvelle constitution. La participation aura été faible, le débat largement tronqué. Mais il aura eu gain de cause. La Tunisie entre dans un nouveau régime, marqué par un pouvoir présidentiel fort, des contre-pouvoirs limités.

Publié en août 2022

Le 24 juin, un véritable séisme pour des millions de femmes s’est produit aux États-Unis : l’arrêt Roe vs Wade, qui autorisait l’avortement depuis 1973, a été révoqué. Dorénavant, chaque État pourra choisir de l’interdire ou non. Sept États ont décidé dans les jours qui ont suivi de priver les femmes de ce droit. Et une vingtaine d’autres devraient suivre. Pour des millions d’Américaines, c’est un retentissant retour en arrière. Depuis, des manifestations et des inquiétudes grandissantes en Europe et en Occident s’enchaînent ou montent.

Publié en juillet 2022