Aller au contenu principal
Portfolio

Omar Victor Diop
Sur tous les fronts

Par Fouzia Marouf - Publié en octobre 2021
Share

 

OMAR VICTOR DIOP
OMAR VICTOR DIOP

Avec sa série inclassable Liberty, il réinterprète les temps forts de la protestation noire et met en lumière les combats menés au nom d’une liberté bafouée.

AM : Comment êtes-vous venu à la photographie ?

​​​​​​​​​​​​​​Omar Victor Diop : J’ai grandi dans une famille de six enfants où le savoir et la citoyenneté sont importants : à 18 ans, j’avais ma carte d’électeur. J’étais cadre dans la finance pour une multinationale, je passais mes dimanches à prendre des photos. Ma première image publiée dans Libération était issue de la série Le Futur du beau : il s’agissait du portrait d’une amie, réalisée en lumière naturelle avec le couvre-lit de sa grand-mère [rires] ! Quelques mois plus tard, cette série a été présentée aux Rencontres africaines de la photographie, à Bamako, en 2011. La créativité ne demande qu’à s’exprimer.

Comment est née la série Liberty ?

Elle s’inscrit dans le sillage de celle de Diaspora, signée en 2014. Liberty, réalisée en 2016, incarne la continuité de cette réflexion au fil d’un journal de bord : j’y approfondis la connaissance de différents peuples noirs en mettant au jour des destins uniques, inspirants. Ils ont impacté le monde de façon tangible, mais sont méconnus, comme Frederick Douglass ou Jean-Baptiste Belley, figure oubliée de la révolution française et premier député noir de l’histoire de France. Ma recherche artistique coïncidait avec le contexte de protestation actuel et les sombres événements qui se sont passés : les violences policières, l’assassinat du jeune Trayvon Martin, etc. Je souhaitais réunir ces images selon une même chronologie, afin de montrer que la condition des femmes et des hommes noirs est complexe depuis longtemps, du fait d’innombrables injustices : mes photographies constituent un récit de l’histoire des Noirs, et par conséquent de l’histoire de l’humanité et du concept de liberté.

Diaspora et Liberty sont présentées en intégralité dans « Saaraba », en co-commissariat avec Olivia Marsaud, directrice de la galerie Le Manège de l’Institut français du Sénégal, à Dakar.

Que signifie le titre de cette exposition ?

C’est l’air d’une chanson entonnée au Théâtre national Daniel Sorano, à Dakar, où je me rendais avec ma mère le mercredi – un chant griot qui retentit au début d’un conte. Il annonce le retour au pays natal et la conscience d’une terre idyllique. J’ai énormément voyagé, donc revenir au Sénégal avec « Saaraba » incarne une résonance avec ma culture : j’y vois un écho mythique. Cette exposition est l’antre du souvenir, j’ai voulu une atmosphère feutrée, propice au recueillement. C’est une façon de tourner la page pour ces deux séries qui ont bénéficié d’une visibilité internationale exceptionnelle. Et la fin d’un long chapitre créatif. Je les ramène à la maison ! De plus, le végétal y tient un rôle important. Mes travaux rendent hommage à ces personnalités disparues comme à leur combat au nom de la liberté. Elles ne sont plus, mais je leur porte des fleurs. Si mes images peuvent émouvoir, toucher ou sensibiliser les gens, j’aurai atteint mon objectif.

Pourquoi avoir choisi de vous mettre en scène ?

Ce n’était pas prévu. J’ai suivi une résidence artistique à Malaga durant six mois sans modèle. Au fil de mes recherches, j’ai appris à maîtriser la lumière sur les peaux sombres, comme Diego Vélasquez. Je me suis rendu compte que ces artistes ne peignaient pas n’importe qui, mais qu’il y avait beaucoup d’histoires singulières ! Au fur et à mesure de mes séances, il s’est passé quelque chose d’intangible : au-delà de la technique et de l’esthétique, ce ne sont pas que des autoportraits, j’y vois aussi une manifestation de nos ancêtres. 

Thiaroye, 1944 Cette image exhume la mémoire de tirailleurs massacrés à Thiaroye, au Sénégal, ayant protesté contre le non-respect d’engagements pris par la France. Dignes, trahis, ils tournent le dos.
Thiaroye, 1944
Cette image exhume la mémoire de tirailleurs massacrés à Thiaroye, au Sénégal, ayant protesté contre le non-respect d’engagements pris par la France. Dignes, trahis, ils tournent le dos.
La Guerre des femmes, 1929 Libres, puissantes, 25 000 femmes se sont insurgées pour préserver le statut dont elles jouissaient au sein de leurs sociétés matriarcales avant l’arrivée des Britanniques au Nigeria, rappelant la gloire des reines africaines.
La Guerre des femmes, 1929
Libres, puissantes, 25 000 femmes se sont insurgées pour préserver le statut dont elles jouissaient au sein de leurs sociétés matriarcales avant l’arrivée des Britanniques au Nigeria, rappelant la gloire des reines africaines.

 

 

 

Aline Sitoe Diatta, 1944 Née au sud du Sénégal, Aline Sitoe Diatta est un symbole de la résistance des agriculteurs contre l’oppression coloniale. Déportée à Tombouctou par les autorités, elle a péri à l’âge de 24 ans, à la suite des mauvais traitements qu’elle y a subi.
Aline Sitoe Diatta, 1944
Née au sud du Sénégal, Aline Sitoe Diatta est un symbole de la résistance des agriculteurs contre l’oppression coloniale. Déportée à Tombouctou par les autorités, elle a péri à l’âge de 24 ans, à la suite des mauvais traitements qu’elle y a subi.
Trayvon Martin, 2012 Alors qu’il revenait d’un commerce où il était allé acheter des bonbons, en Floride, Trayvon Martin, 17 ans, a été abattu par George Zimmerman. Lors de son procès, ce dernier fut acquitté. S’en est suivi un important mouvement de contestation aux États-Unis.
Trayvon Martin, 2012
Alors qu’il revenait d’un commerce où il était allé acheter des bonbons, en Floride, Trayvon Martin, 17 ans, a été abattu par George Zimmerman. Lors de son procès, ce dernier fut acquitté. S’en est suivi un important mouvement de contestation aux États-Unis.

 

Les Cheminots du Dakar – Niger, 1938 et 1947 En 1938, à Thiès, au Sénégal, une grève de cheminots est réprimée dans un bain de sang. En 1947, une autre grève déclenchée par les travailleurs indigènes de toute l’Afrique de l’Ouest paralyse le système colonial pendant plus de cinq mois. Des notes anachroniques en écho à la série Diaspora sont instillées dans cette image, rappelant que le combat pour la liberté se poursuit
Les Cheminots du Dakar – Niger, 1938 et 1947
En 1938, à Thiès, au Sénégal, une grève de cheminots est réprimée dans un bain de sang. En 1947, une autre grève déclenchée par les travailleurs indigènes de toute l’Afrique de l’Ouest paralyse le système colonial pendant plus de cinq mois. Des notes anachroniques en écho à la série Diaspora sont instillées dans cette image, rappelant que le combat pour la liberté se poursuit
Nanny et Quao, Jamaïque, 1720 Nanny, née au Ghana, a fui les plantations jamaïcaines avec son frère Quao. Ces héros de la résistance ont ensuite fondé une communauté de marrons (esclaves en fuite) dans les Blue Mountains.
Nanny et Quao, Jamaïque, 1720
​​​​​​​Nanny, née au Ghana, a fui les plantations jamaïcaines avec son frère Quao. Ces héros de la résistance ont ensuite fondé une communauté de marrons (esclaves en fuite) dans les Blue Mountains.

 

AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Le jazz métis de la marocaine swingue depuis son pays natal jusqu’à New York. Aux côtés de trois autres illustres chanteuses, elle fera vibrer les rythmes du désert dans le spectacle Sahariennes en novembre.

Publié en octobre 2021

Un très bel ouvrage qui nous projette sur le parcours de 300 ARTISTES du continent depuis… 1882.

Publié en octobre 2021

Après avoir fait vibrer le Théâtre Antique au festival Jazz à Vienne, la Sénégalaise prépare un nouvel album, entre influences soul, gospel et sonorités de sa terre natale.

Publié en août 2021