Aller au contenu principal
Destin

Patrice Lumumba
« Le leader qui aurait pu… »

Par Cédric Gouverneur - Publié en juin 2021
Share
TERENCE SPENCER/THE LIFE IMAGES COLLECTION VIA GETTY IMAGES/GETTY IMAGES
TERENCE SPENCER/THE LIFE IMAGES COLLECTION VIA GETTY IMAGES/GETTY IMAGES

Le 17 janvier 1961, le premier chef de gouvernement du Congo indépendant était torturé et assassiné au Katanga, avec la complicité des autorités belges. Une relique de son corps martyrisé – une simple dent sertie d’or, arrachée par ses bourreaux – doit revenir en RDC le 30 juin. La date d’anniversaire de cette indépendance pour laquelle il s’est sacrifié. Portrait d’un héros congolais et africain.

Ce mois de juin, la Belgique doit remettre solennellement aux autorités congolaises ce qui reste de Patrice Émery Lumumba (1925-1961), premier chef de gouvernement du Congo indépendant, assassiné au Katanga. Celui-ci ayant été découpé en morceaux et dissout à l’acide, tout ce qui subsiste de sa dépouille mortelle se résume à une dent… Volée par un policier belge ayant participé à ce carnage, elle avait été saisie par la justice lors d’une perquisition à Bruges en 2016. Il y a un an, Juliana Lumumba, sa fille, a écrit au roi Philippe pour que l’ultime reste de son père soit restitué. Le souverain a accepté, et la relique va enfin retrouver sa terre natale. « La patrie témoignera sa reconnaissance » envers le héros national, a...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Bien que son actualité ne soit pas toujours des plus joyeuses ces dernières années, le pays regorge de personnalités talentueuses et passionnées qui redonnent foi en l’avenir. Petit tour d’horizon des profils les plus enthousiasmants.

Publié en juillet 2021

Son nouveau long-métrage, Sœurs, dépeint la quête identitaire de trois femmes issues de l’immigration, partagées entre la France et l’Algérie. La réalisatrice aborde le thème du déracinement, le poids de la mémoire, les luttes féminines et la difficulté à briser les silences, à bâtir un récit familial.

Publié en juillet 2021

Cette plasticienne inclassable franco-algérienne sublime le corps des femmes dans une œuvre foisonnante. Après son exposition personnelle « Eden » à la galerie Cécile Fakhoury, à Paris, en février dernier, elle est actuellement présente à la Maison des arts de Malakoff.

Publié en juillet 2021