Aller au contenu principal

Pétrole : vers un retour du baril à 100 dollars ?

Par Jean-Michel Meyer - Publié en août 2021
Share

Porté par une forte demande, l’or noir retrouve son prix d’avant la pandémie et pourrait même le dépasser d’ici la fin de l’année.

Un vent de folie souffle sur le pétrole. Début juillet, le prix de l’or noir grimpait à 77,50 dollars le baril et retrouvait son niveau d’octobre 2018. Au cours des six premiers mois de l’année, les prix des principales références de brut ont gagné plus de 50 % de leur valeur. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) annonçait à la mi-juillet que la demande mondiale de pétrole avait continué à croître en juin avec la reprise économique, pour atteindre désormais 96,8 millions de barils par jour. Si la tendance se maintient, la demande mondiale devrait dépasser les niveaux d’avant la crise du Covid-19 d’ici la fin de l’année prochaine, selon l’AIE.

C’est un virage à 180° après le krach sans précédent d’avril 2020, lorsque le prix du baril avait plongé sous les 20 dollars. En pleine crise sanitaire, l’ère du pétrole bon marché paraissait s’installer pour longtemps. La consommation s’était effondrée et les stocks de brut accumulés laissaient penser qu’une remontée des cours paraissait improbable. En septembre dernier, BP prédisait même le début de la fin de l’ère...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Au Maroc, le changement climatique accroît le stress hydrique. Le Groupe OCP, leader dans le domaine de la nutrition des plantes, s’engage à ne plus recourir aux ressources en eaux conventionnelles pour ses besoins industriels d’ici 2026.

Publié en juillet 2022

Le spécialiste des questions monétaires et directeur de l’Institut Rousseau, think tank classé à gauche, se montre pour le moins circonspect quant à la fiabilité du bitcoin et son intérêt pour les pays africains. Il nous explique pourquoi.

Publié en juillet 2022

La République centrafricaine est le deuxième État à avoir adopté la fameuse cryptomonnaie. Problème : son cours est en chute libre. Mais malgré les doutes, le président Faustin-Archange Touadéra affiche de grandes ambitions virtuelles.

Publié en juillet 2022