Aller au contenu principal
Interview

Philippe Lacôte
« La frontière est mince entre réalisme et magie »

Par Astrid Krivian - Publié en août 2021
Share
VINCENT FOURNIER/JEUNE AFRIQUE
VINCENT FOURNIER/JEUNE AFRIQUE

Son long-métrage La Nuit des rois plonge au cœur d’une prison africaine avec ses rituels, ses croyances, ses enjeux de pouvoir, de survie. Un conte brutal et onirique dans lequel le cinéaste franco-ivoirien questionne le mystère et la force des mots face à la violence.

S a passion pour le septième art naît dès l’enfance, dans la salle obscure Le Magic de la commune abidjanaise Marcory. Au fil de sa filmographie, entre documentaire et fiction, le cinéaste pose un regard politique sur les crises de la société ivoirienne contemporaine notamment, à travers des formes narratives et des esthétiques hybrides, une dimension poétique, parfois mythologique. Dans Chroniques de guerre en Côte d’Ivoire (2008), il filme son quartier Wassakara pendant les premières semaines du couvre-feu alors que la guerre a éclaté, en septembre 2002. Présenté à Cannes dans la section Un certain regard en 2014, son premier long- métrage de fiction Run raconte l’errance d’un homme ayant assassiné un Premier ministre, après une crise post-électorale. Mêlant mythes et faits historiques, réalisme et fantastique, La Nuit des rois est une immersion dans les coulisses du pouvoir et des croyances des détenus de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA)...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Pays de plus de 100 millions d’habitants, au cœur du continent, marqué par un fleuve qui court sur plus de 4 700 km, la République démocratique du Congo demeure un géant aux pieds d’argile. Gouvernance hasardeuse, mal-développement, en proie à la voracité de ses voisins comme d’une partie de ses élites… Le « projet » reste douloureusement inachevé et permanent. Les richesses et les atouts sont pourtant là : la population, le potentiel hydraulique, les mines et le sous-sol. Sans compter une créativité bouillonnante qui rayonne bien au-delà des frontières.

Publié en août 2021

Il fut le numéro deux ivoirien, destiné à devenir le numéro un. En juillet dernier paraissaient à Abidjan les mémoires d’Amadou Gon Coulibaly, décédé brutalement un an auparavant.Un récit écrit de septembre 2019 à mars 2020, devenu un témoignage intime, politique et bouleversant. Extraits.

Publié en août 2021

Première Tunisienne à intégrer l’Actors Studio, férue d’anthropologie et de cinéma, elle enchaîne peu à peu les castings et les productions outre-Atlantique et en Europe en imposant un éclectisme particulier et une silhouette de madone. Retour sur un début de success-story qui nous embarque de Tunis à New York, en passant par Palerme.

Publié en août 2021