Aller au contenu principal
Analyse

Poutine, la guerre et nous

Par Cédric Gouverneur - Publié en avril 2022
Share
​  Le président Vladimir Poutine entouré, de gauche à droite, du ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, et du commandant en chef de la Marine, l’amiral Nikolaï Ievmenov, le 25 juillet 2021, à la grande parade annuelle de la flotte russe. ALEXEI NIKOLSKY/RUSSIAN PRESIDENTIAL PRESS AND INFORMATION OFFICE/TASS/ABACAPRESS.COM   ​
Le président Vladimir Poutine entouré, de gauche à droite, du ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, et du commandant en chef de la Marine, l’amiral Nikolaï Ievmenov, le 25 juillet 2021, à la grande parade annuelle de la flotte russe. ALEXEI NIKOLSKY/RUSSIAN PRESIDENTIAL PRESS AND INFORMATION OFFICE/TASS/ABACAPRESS.COM

En Afrique, comme dans d’autres « Suds » de la planète, la condamnation de l’invasion russe en Ukraine ne fait pas l’unanimité. Le Kremlin a su séduire, se posant comme un contre-modèle au « cynisme » et à l’« impérialisme » occidental. Et comme l’héritier de la politique « anticoloniale » de l’Union soviétique.

Le choc et l’effroi. Depuis un mois et demi, l’Europe redécouvre la guerre sur son sol. Après des décennies de paix, les images venues d’Ukraine réveillent immanquablement, dans l’inconscient collectif, toute l’atrocité de la Seconde Guerre mondiale : villes assiégées, bombardées, encerclées par de sombres blindés aux chenilles grondantes. Civils terrés dans des caves. Mères rassurant comme elles le peuvent leurs enfants en pleurs qui serrent leur peluche. Hommes mobilisés et envoyés au front, un brassard bleu et jaune au bras, une « kalach » à la main. Réfugiés au regard éteint se pressant en Pologne, en Hongrie et...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Les rencontres Cartooning for Peace and Democracy réunissent à Nairobi, du 6 au 29 mai, des dessinateurs de presse, venus d’Afrique et du monde entier .

Publié en mai 2022

L’impact du réchauffement climatique s’amplifie sur le continent. Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, publié le 4 avril, nous empresse d’agir afin d’inverser la tendance avant 2025. Ce qui laisse environ un millier de jours pour se retrousser les manches… La bonne nouvelle est que des solutions existent. Et que l’Afrique dispose de nombreux atouts pour les déployer.

Publié en mai 2022

Dans son essai Marianne face aux faussaires, l’écrivaine franco-sénégalaise s’élève contre la dérive du débat politique en France. Elle déconstruit le discours des identitaires et rappelle les valeurs humanistes, universelles.

Publié en mai 2022