Aller au contenu principal

Pouvoir : au nom du fils

Par zlimam Sabine.CESSOU HEDI DAHMANI Emmanuelle Pontié - Publié en novembre 2017
Share

Faure Gnassingbé, Ali Bongo Ondimba, Joseph Kabila… Enquête sur ces héritiers particuliers, « élus » ou « désignés », qui incarnent souvent des présidences familiales au long cours.

Faure face aux échéances
Ce qui se joue au Togo, ce n’est ni plus ni moins que le départ du président en 2020. Et la fi n d’une dynastie de plus d’un demi-siècle.
 
«Cinquante ans, ça suffit ! » Ce slogan a été mar telé dans les rues de Lomé le 7 septem bre dernier, par une marée humaine de 100 000 personnes selon la police – 1 million selon les organisateurs. La colère s’est exprimée après la répression d’une autre manifestation, le 19 août, qui a fait au moins deux morts et des dizaines de blessés. Un parti d’opposition lancé par un nouveau venu, Tikpi Atchadam, juriste et anthropologue, ancré dans les régions nord – traditionnellement acquises au pouvoir – a fait mouche. Il a su mobiliser en tenant un discours plus ferme que les autres opposants à l’égard du gouvernement, pour contrer les manoeuvres en cours qui permettraient au président sortant de rester en place encore longtemps. Du coup, un sommet Israël-Afrique prévu pour fin octobre a été reporté...
Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022