Aller au contenu principal
Monnaie

RCA : le pari risqué du bitcoin

Par Cédric Gouverneur - Publié en juillet 2022
Share
Le chef d’État centrafricain Faustin-Archange Touadéra, en campagne à Bangui, le 12 décembre 2020. XINHUA/RÉA
Le chef d’État centrafricain Faustin-Archange Touadéra, en campagne à Bangui, le 12 décembre 2020. XINHUA/RÉA

La République centrafricaine est le deuxième État à avoir adopté la fameuse cryptomonnaie. Problème : son cours est en chute libre. Mais malgré les doutes, le président Faustin-Archange Touadéra affiche de grandes ambitions virtuelles.

En l’espace de sept mois, le cours du bitcoin a été divisé par 3,5 : de près de 70 000 dollars en novembre 2021 à 20 000 mi-juin. « Mais sur un intervalle de trois ans, cette monnaie n’a pas perdu de valeur », rétorque Sébastien Gouspillou, fondateur de la société de minage BigBlock DataCenter. Cet entrepreneur français, fervent promoteur du bitcoin, conseille les autorités du Salvador et de la République centrafricaine (RCA), les deux premiers États à lui donner cours légal : « C’est beaucoup plus fiable que la monnaie locale ou des dollars cachés sous le matelas », insiste-t-il. Pourtant, la chute du cours s’apparente à un crash. Des entreprises américaines de minage, Marathon Digital et Riot Blockchain, voient leur valeur divisée par 10 ou 12.

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Au Maroc, le changement climatique accroît le stress hydrique. Le Groupe OCP, leader dans le domaine de la nutrition des plantes, s’engage à ne plus recourir aux ressources en eaux conventionnelles pour ses besoins industriels d’ici 2026.

Publié en juillet 2022

Le spécialiste des questions monétaires et directeur de l’Institut Rousseau, think tank classé à gauche, se montre pour le moins circonspect quant à la fiabilité du bitcoin et son intérêt pour les pays africains. Il nous explique pourquoi.

Publié en juillet 2022

Le premier Africa Day, à l’initiative du Club des entrepreneurs monégasques en Afrique (CEMA) et en partenariat avec le Monaco Economic Board (MEB), qui avait pour thème « Green & Digital Africa», a regroupé le mercredi 29 juin une centaine d’entrepreneurs, de personnalités publiques et de représentants du gouvernement monégasque au Yacht Club de Monaco.

Publié en juillet 2022