Aller au contenu principal
Ils ont changé le monde

Roméo Mivekannin
Aux sources d’un art royal

Par Fouzia Marouf - Publié en mars 2021
Artiste béninois
Roméo Mivekannin. DR

​​​​​​​Plasticien atypique, l’artiste béninois ravive la mémoire de l’âme noire dans une œuvre prolifique d’où jaillissent le culte vaudou, le passé et la richesse de l’Afrique. Après la foire 1-54 à Paris en janvier, ses réalisations sont présentées ce mois-ci à la galerie Cécile Fakhoury, à Dakar.

Port altier, promenant sa silhouette d’esthète avec grâce, Roméo Mivekannin allie l’élégance du dessin à la liberté de la matière. Ses regards profonds, ses autoportraits peints sur des toiles monumentales (constituées de draps français datant du XIXe siècle cousus entre eux et trempés dans un élixir vaudou) sont autant de stigmates de son héritage familial lié à l’histoire coloniale. Né à Bouaké, en Côte d’Ivoire, en 1986, il déménage avec sa famille dès sa prime enfance au Bénin, terre de ses ancêtres. En 2004, il part en France pour ses études, et on le renvoie alors sans cesse à sa couleur de peau. Exil et résistance auréolent le souvenir de son arrière-arrière-grand-père, Béhanzin, le dernier roi de Dahomey, déporté en Martinique par les autorités coloniales françaises en 1894. Incarnant un entre-deux, vivant entre Cotonou et Toulouse, cet artiste singulier explore son identité et interprète ce passé afin de déconstruire...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le géant africain s’enlise dans la crise du Tigré. Et les forces centrifuges historiques, ethniques, régionales pourraient accélérer les fractures. Sans compter l’implication de l’Érythrée...Le deuxième pays le plus peuplé du continent doit impérativement réformer son modèle institutionnel, son vivre ensemble pour éviter le crash.

Publié en avril 2021

La disparition brutale d’Hamed Bakayoko, Premier ministre, compagnon de route du président Ouattara, personne clé du dispositif politique, a stupéfié la Côte d’Ivoire. Le pays se relève de ce traumatisme, tout en cherchant à reprendre le cap de la modernisation.

Publié en avril 2021

L’archevêque émérite de Douala s’est éteint le 3 avril à 90 ans. Et avec lui, l’une des figures les plus emblématiques de la lutte pour la démocratie et les libertés au pays de Paul Biya. Il aura notamment lutté jusqu’au bout pour le retour au calme dans les zones anglophones.

Publié en avril 2021