Aller au contenu principal
Entretien

Sam Mangwana
« Ma vie a commencé à 60 ans »

Par Astrid Krivian - Publié en avril 2021
Véritable légende de la rumba congolaise
AMANDA ROUGIER

Véritable légende de la rumba congolaise, le chanteur angolais fait danser le continent depuis plus d’un demi-siècle. Le nouvel album de ce défenseur infatigable du panafricanisme, Lubamba, témoigne de sa passion et de son talent immuables.

Après soixante ans de carrière, l’auteur​​​​​​​compositeur voit sa flamme pour la musique demeurer indéfectible. Le regard pétillant, la voix posée, profonde et généreuse, la légende de la rumba congolaise – qu’il a ouvert à d’autres sonorités – présente en France son album Lubamba, sorti en 2016 dans son pays d’origine et de résidence, l’Angola. Qu’elles soient en kikongo, en lingala, en français ou en port

ugais, ses chansons portent sa signature de toujours, en puisant dans les mélodies des pays africains lusophones comme dans les rythmes chaloupés latins, caribéens. Né en 1945 à Kinshasa (alors nommée Léopoldville), en République démocratique du Congo, de parents angolais, il a sillonné inlassablement les quatre coins de l’Afrique, ainsi que les États-Unis et l’Europe, où son talent rayonne. Faisant ses armes dès 18 ans dans l’orchestre African Fiesta du maître Tabu Ley Rochereau, puis dans l’OK Jazz de Franco, il cofonde les groupes Festival des maquisards et African All Stars à Abidjan avant de...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

À 24 ans, cet acteur français d’origine congolaise a déjà plus de dix ans de carrière, tourne avec les plus grands du cinéma et se partage entre drame et comédie avec une aisance confondante.

Publié en avril 2021

À tout juste 30 ans, la cantatrice égyptienne s’est déjà produite dans les salles les plus renommées. Dans son premier album de récital, El Nour, la soprano fait vibrer des oeuvres arabes et européennes sous un jour nouveau

Publié en avril 2021

En ces temps de Covid-19, de pandémie, de déprime globale, il nous a semblé salutaire de nous intéresser à ces précurseurs, à ces femmes et hommes qui veulent changer le monde, à leur manière et avec leurs talents. Elles et ils sont tous africains (d’origine, de résidence, de naissance, whatever), ce qui confirme, pour ceux qui en douteraient encore, à quel point le continent est créateur, engagé dans la marche et les changements du monde. Et que pour celles et ceux qui grandissent aujourd’hui de Tunis à Casablanca, d’Abidjan à Lagos, de Yaoundé à Johannesbourg, tout est possible, y compris la conquête des étoiles...

Publié en mars 2021