Aller au contenu principal

Samuel Guérineau : « Le bénéfice flagrant du franc CFA est
sa stabilité »

Par Cédric Gouverneur - Publié en avril 2019
Share
Samuel Guérineau : Économiste au Centre d’études et de recherches sur le développement international (CERDI), doyen de l’école d’économie de l’université Clermont Auvergne.
 
DR
AM : Né en 1945, le franc CFA a néanmoins perduré après les indépendances. Comment l’expliquer, selon vous ? 
Samuel Guérineau : Lors des indépendances, les chefs d’État africains ont trois décisions à prendre : conserver une monnaie régionale commune ou créer leur propre monnaie ? Fixer sa valeur par rapport au franc ou par rapport au dollar ? Quel mécanisme mettre en place pour sécuriser le taux de change ? Paris proposait une solution de continuité : une monnaie commune par sous-région, doublée d’un mécanisme de garantie du taux de change, le « compte d’opération ». L’objectif est de garantir la valeur du CFA, puisque la France prête de manière automatique en cas de manque de devises. À l’époque, cette proposition annonçait une rassurante stabilité économique. Le manque de souveraineté était le prix à payer de ce dispositif… Des réformes ont depuis renforcé la souveraineté des pays africains, mais l’asymétrie persiste…
 
Un des dispositifs les plus décriés est la règle de 50 %, certains accusant même la France de se financer sur ces...
Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Économiste, ancien ministre de la prospective du Togo et ancien responsable de la BCEAO. Il a dirigé l’ouvrage collectif Sortir l’Afrique de la servitude monétaire.

Publié en avril 2019

Depuis plusieurs semaines, la devise panafricaine se retrouve une nouvelle fois sous le feu des critiques. Et le poids des rumeurs. Perçue comme la garante de la stabilité et de l’intégration régionales ou comme un instrument de servitude néocolonial obsolète, la monnaie échauffe les esprits. Principaux éléments du dossier.

Publié en avril 2019