Aller au contenu principal
Musique

Santrofi, passion highlife!

Par Sophie Rosemont - Publié en mai 2020
Share
Révélé sur scène, le groupe ghanéen sort son premier album, un CONDENSÉ D’ÉNERGIE nourri de highlife, d’afrobeat et de traditions caribéennes. Irrésistible.
 
DANS LA MYTHOLOGIE des peuples Akan, le santrofi est un magnifique oiseau au plumage coloré. Il est interdit de le mettre en cage car le malheur pourrait s’abattre sur la maison. En revanche, le voir voler dans le ciel est un signe de chance… Il était donc plutôt de bon augure pour ce groupe de se baptiser de ce nom. Ils ont enflammé des festivals anglais, portugais, danois ou finlandais, avant de parfaire ce premier album, qui s’ouvre sur l’enthousiasmant et percussif « Kokrokoo ». 
 
Les huit Ghanéens se sont rencontrés à Accra il y a plusieurs années, en tant que musiciens de studio pour Nana Ampedu, Ebo Taylor, Gyedu-Blay Ambolley, Sarkodie ou encore 2Face Idibia, Richard Bona… Tous les inspirent aujourd’hui dans leurs compositions. « Nous avons décidé de former un collectif et d’écrire nos propres chansons afin de poursuivre l’héritage de la musique highlife », explique le bassiste et producteur Emmanuel Ofori. Tout est groovy, pulsatile, funky et flamboyant, et rappelle où se trouvent les racines de l’afrobeat : dans le highlife. Même si une ballade comme « Mobo » s’avère plus downtempo… 
   
« Aussi rafraîchissant que soit le son highlife, il n’est pas assez connu. La plupart des jeunes ne s’y intéressent pas, car ils le pensent destiné aux générations antérieures. Sur Alewa, on trouve cependant des rythmes inexploités, de superbes mélodies indigènes et des paroles positives dont le monde a besoin aujourd’hui. Nous voulons être les ambassadeurs de ce genre et le rendre aussi populaire que le reggae, le hip-hop ou le funk ! » précise Ofori. 
   
Quant au nom de l’album, il s’agit d’une métaphore se référant à un bonbon ghanéen aux rayures noires et blanches. Un joli symbole de tolérance interraciale… Quand on demande à Ofori s’il a un message à faire passer, il répond simplement : « L’amour, le positivisme, l’unité, la reconnaissance, le karma. » Tout ce dont l’on a besoin en ce moment.

Dans la même rubrique

Un bistrot et un lounge, soit deux adresses épicuriennes à découvrir dans la magnétique KIN.

Publié en janvier 2023

L’alliance du beatmaker français et du rappeur de Cincinnati fait toujours mouche dans ce nouvel Opus engagé .

Publié en janvier 2023

En formant depuis vingt ans des apprentis, l’ONG Camerounaise perpétue le savoir-faire des maîtres artisans du pays.

Publié en janvier 2023