Les 20 questions

Soro Solo

Par Astrid Krivian - Publié en
Share
FRANÇOIS LEPAGE/HANS LUCAS

Avec sa nouvelle émission Covid-19, c’est quoi même ? diffusée sur 15 radios ouest-africaines, le JOURNALISTE IVOIRIEN décrypte les enjeux de la crise sanitaire sur le continent. Un magazine optimiste, qui réunit débats de société, contes, et informations d’utilité publique.

1 Votre objet fétiche ? 
Mes bracelets. 
 
2 Votre voyage favori ? 
Le Cap-Vert, pour la beauté du pays, des citoyens, et sa gestion politique. L’alternance respecte le jeu démocratique. 
 
3 Le dernier voyage que vous avez fait ? 
Le Sénégal. Près de Saint-Louis, à Gandiol, j’ai découvert le centre culturel Aminata. Une belle initiative citoyenne. 
 
4 Ce que vous emportez toujours avec vous ? 
Ma boîte à musique : mon iPod. 
 
5 Un morceau de musique ?
 « Ibhola Lethu » de Johnny Clegg. Une métaphore de la victoire des Africains noirs sur l’apartheid. 
 
6 Un livre sur une île déserte ? 
Les Âmes du peuple noir de W. E. B. Du Bois. Il a inspiré les mouvements de revendication des Afro-Américains.
 
 7 Un film inoubliable ? 
Lumumba de Raoul Peck. 
 
8 Votre mot favori ? 
Mogoya, qui signifie « valeurs humanistes » en bambara. 
 
9 Prodigue ou économe ? 
Ça dépend des contingences. Dans des moments relax, je suis un flambeur ! La bonne bouffe, la fête avec les amis… 
 
10 De jour ou de nuit ? 
Je suis noctambule. Enfant, au village, j’ai appris à aimer le mystère de la nuit, à regarder les étoiles. Je suis aussi plus concentré et productif. 
 
11 Twitter, Facebook, e-mail, coup de fil ou lettre ? 
J’aime écrire des lettres, raconter ma pensée. C’est aussi une marque de respect. Je suis attaché à la conversation, écrite ou parlée. 
 
12 Votre truc pour penser à autre chose, tout oublier ? 
La musique. Ma pilule pour booster le moral ou porter ma joie. 
 
13 Votre extravagance favorite ? 
Sur scène, en tant que choriste du Bal de l’Afrique enchantée. Je ne me contrôle plus ! 
 
14 Ce que vous rêviez d’être quand vous étiez enfant ? 
Ce que je suis. Mon père avait ramené une radio d’Abidjan. Elle me subjuguait. Après le lycée, j’ai tout de suite intégré le studio école de la RTI. 
 
15 La dernière rencontre qui vous a marquée ?
 Le poète slameur Marc Alexandre Oho Bambe, pour son écriture, son humanisme. 
 
16 Ce à quoi vous êtes incapable de résister ? 
Une belle fringue ! Ou la polenta, plat italien proche d’un mets de ma tribu sénoufo. 
 
17 Votre plus beau souvenir ? 
Les premiers babillages de ma fille aînée. 
 
18 L’endroit où vous aimeriez vivre ? 
Pokaha, le village d’origine de mes parents. Retrouver les valeurs paysannes simples et vraies, et les sensations de l’enfance. 
 
19 Votre plus belle déclaration d’amour ? 
Exilé en France il y a 17 ans, je suis devenu un membre de ma famille d’accueil, qui m’a adopté comme les siens. 
 
20 Ce que vous aimeriez que l’on retienne de vous au siècle prochain ? 
C’était un vagabond, mais il était drôle ! Il aimait la vie comme un épicurien.