Aller au contenu principal
Interview

Souleymane Bachir Diagne
« Je suis enfin parvenu à dire "je" »

Par Fouzia Marouf - Publié en juin 2021
Share

Il a choisi la plume pour dire la complexité humaine, celle de la pensée musulmane et du soufisme, les questionnements aussi qui tiraillent l’Afrique et l’Occident. En avril dernier est parue Le Fagot de ma mémoire, autobiographie dans laquelle le philosophe sénégalais se confi e en toute liberté sur son chemin et sur l’urgente nécessité de valoriser l’islam des Lumières.

En me replongeant dans mon histoire, je me suis rendu compte à quel point les livres ont nourri ma vocation d’enseignant. EDOUARD CAUPEIL/PASCO
EDOUARD CAUPEIL/PASCO

Philosophe sénégalais, cet observateur avisé de l’aventure humaine est aussi spécialiste de l’histoire de la pensée en islam. Ce citoyen du monde a vécu à Dakar, Paris, Chicago, et réside actuellement à New York où il dirige depuis 2018 l’Institut d’études africaines de la prestigieuse université de Columbia à New York. Son dernier essai, En quête d’Afrique(s) : Universalisme et pensée décoloniale, coécrit avec l’anthropologue Jean-Loup Amselle, interpellait avec vivacité les rapports entre l’Afrique et l’Occident. Originaire de Saint-Louis, inspirant pour les futures générations, Souleymane Bachir Diagne repousse sans cesse les limites de sa réflexion. Ce porteur du pluralisme religieux au Sénégal dit y avoir appris l’altérité. Ex-conseiller pour l’Éducation et la Culture sous Abdou Diouf de 1993 à 1999, il est considéré comme l’une des figures qui font l’Afrique. Il a marqué les esprits en 2007 avec...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Bien que son actualité ne soit pas toujours des plus joyeuses ces dernières années, le pays regorge de personnalités talentueuses et passionnées qui redonnent foi en l’avenir. Petit tour d’horizon des profils les plus enthousiasmants.

Publié en juillet 2021

Son nouveau long-métrage, Sœurs, dépeint la quête identitaire de trois femmes issues de l’immigration, partagées entre la France et l’Algérie. La réalisatrice aborde le thème du déracinement, le poids de la mémoire, les luttes féminines et la difficulté à briser les silences, à bâtir un récit familial.

Publié en juillet 2021

Cette plasticienne inclassable franco-algérienne sublime le corps des femmes dans une œuvre foisonnante. Après son exposition personnelle « Eden » à la galerie Cécile Fakhoury, à Paris, en février dernier, elle est actuellement présente à la Maison des arts de Malakoff.

Publié en juillet 2021