Aller au contenu principal

Soyons blacks !

Par Venance Konan - Publié en octobre 2018
Share
Racisme, marginalisation, préjugés, condescendance… Être noir au XXIe siècle, au temps de la globalisation, n’est pas toujours facile. Il est donc temps de réaffi rmer la force, la diversité, la modernité des mondes noirs. De reprendre le slogan américain des années 1960 : « Black is beautiful ». En rajoutant la composante « strong ». Soyons blacks ! AM ouvre le débat. Dans cette première étape, Venance Konan, notre ami directeur de Fraternité Matin à Abidjan, explore les éléments africains de cette affi rmation. Astrid Krivian revient sur les origines américaines de ce mouvement. Et dans une interview sans tabou, Lilian Thuram, champion du monde 1998, évoque mythes et réalités avec talent. Et vous propose une carte inversée du monde.
 
«Aussi pénible que puisse être pour nous cette constatation, nous sommes obligés de la faire : pour le Noir, il n’y a qu’un destin. Et il est blanc. » C’est ce qu’écrivait l’essayiste martiniquais Frantz Fanon dans l’introduction de son célèbre livre Peau noire, masques blancs (Le Seuil, 1952). Pourquoi donc ? La réponse nous est donnée par l’homme d’État et juriste tunisien Ibn Khaldoun à travers ces lignes, qu’il écrivit en 1377 et que cite G. E. von Grunebaum dans L’Identité culturelle de l’islam (Gallimard, 1973) : « Les vaincus veulent toujours imiter le vainqueur dans ses traits distinctifs, dans son vêtement, sa profession et toutes ses conditions d’existence et coutumes. La raison en est que l’âme voit toujours la perfection dans l’individu qui occupe le rang supérieur et auquel elle est subordonnée. Elle le considère comme parfait soit parce que le respect qu’elle éprouve (pour lui) lui fait impression, ou parce qu’elle suppose faussement que sa propre subordination n’est pas une suite habituelle de la défaite, mais résulte de la perfection du vainqueur. Si cette fausse supposition se fixe dans l’âme, elle devient une croyance ferme. L’âme, alors, adopte toutes les manières du vainqueur et s’assimile à lui. Cela, c’est l’imitation… Cette attraction va si loin qu’une nation dominée par une autre nation voisine poussera très avant l’assimilation et l’imitation. »
 
À COUPS DE FOUETS
Les peuples noirs d’Afrique ont essuyé un échec lors de leur rencontre avec les peuples blancs d’Europe, du Moyen-Orient et du nord de leur continent. La défaite fut terrible pour les vaincus. On détruisit leur culture, leur organisation sociale, on leur enleva toute humanité et on les réduisit proprement en esclavage. Et pour bien les maintenir le plus longtemps dans cet état de dominés, on leur apprit à se haïr. On leur fourra dans le crâne, à coups de fouets, de machettes, de crimes horribles qu’ils avaient été maudits par le seul dieu qu’il y avait, celui des Blancs, que leur couleur noire était celle de la malédiction, celle du mal, celle de Satan. Le Français Montesquieu (1689-1755), que l’on considère comme l’un des plus grands penseurs du siècle des Lumières, écrivit, sans rire selon certains, avec ironie selon d’autres : « Le sucre serait trop cher, si l’on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves. Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête ; et ils ont le nez si écrasé, qu’il est presque impossible de les plaindre. On ne peut se mettre dans l’esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir. »
Nelson Mandela, photographié à Soweto, une icône politique du xxe siècle. DR (2) - GISÈLE WULFSOHN/AMO-RÉA
 
 
RELEVER LA TÊTE AVEC FIERTÉ
Ils sont encore nombreux, ces Africains noirs qui sont toujours convaincus que le destin du Noir est blanc, qu’ils doivent ressembler le plus possible aux Blancs, dans leur façon de vivre, dans leur manière d’être et même dans leur apparence. Combien ne sont-ils pas, sur le continent, à s’échiner à vivre comme des Européens et à mépriser ceux qui, volontairement ou non, continuent de vivre à l’africaine ! Combien ne sont-ils pas à dépenser des fortunes et à se ruiner la santé pour avoir les cheveux aussi défrisés et la peau aussi claire que celle du Blanc ! Et la spiritualité africaine ? De la sorcellerie, vous répondront une majorité d’intellectuels et de hauts lettrés africains. Les vraies spiritualités sont celles apportées par les Européens et les Arabes. Ou les Asiatiques. Et, évidemment, un bon Africain ne peut que porter un prénom chrétien ou musulman. Mais voilà ! Malgré toute la bonne volonté qu’il y a mise, jusqu’à sa mort, Michael Jackson n’a pas été reconnu comme un membre de la communauté blanche. Tous ses efforts pour ressembler à un Blanc ont plutôt été accueillis avec des sarcasmes. De même, aucun Congolais n’a jusqu’à ce jour été reconnu comme étant devenu un Blanc. « Le Noir qui veut blanchir sa race est aussi malheureux que celui qui prêche la haine du Blanc », écrivait encore Frantz Fanon dans Peau noire, masques blancs. Ils sont de plus en plus nombreux, ces Africains qui se rendent compte de la vanité de vouloir ressembler à tout prix à l’autre, lorsqu’il est si simple de rester soi-même. L’Africain découvre petit à petit son histoire, qu’on lui avait cachée. Il découvre que les pyramides d’Égypte furent construites par des Noirs comme lui, que la civilisation grecque, fondatrice de la civilisation européenne, fut influencée par celle des Égyptiens. Il découvre les traces des riches civilisations laissées par ses ancêtres un peu partout sur le continent.
Ils sont de plus en plus nombreux à se regarder dans le miroir et à relever la tête avec fierté, parce qu’ils découvrent tout à coup que leur nez épaté, leurs cheveux crépus et leur peau noire n’ont vraiment rien à envier à qui que ce soit. Mais comment retrouver l’estime de soi lorsque l’on est présenté partout comme le dernier de la classe en matière de développement et de respect des droits humains, que l’on est méprisé par tous les autres peuples ? Il faut commencer par s’assumer, car il n’y a pas d’autre voie, et avoir foi en soi, c’est-à-dire se débarrasser de son complexe d’infé riorité pour se convaincre que la situation actuelle du continent noir n’est ni une fatalité ni une malédiction. Des pays africains, tels que le Botswana, qui se sont mis au travail, sont en train de se développer, tout en respectant les principes démocratiques.

Dans la même rubrique

En choisissant en mars 2013, la Tanzanie, l’Afrique du Sud et le Congo Brazzaville comme premières destinations officielles après la Russie, le nouveau Président chinois XI Jinping voulait adresser un signal fort sur les priorités en matière de coopération de la République Populaire de Chine. L’étape de Brazzaville qui clôturait cette première tournée officielle, pouvait être perçue comme la reconnaissance du rôle et de la place occupés par ce petit pays d’Afrique Centrale, au plus fort des tensions nées de la guerre froide entre les blocs idéologiques d’alors. Brazzaville fut en effet, l’une des premières capitales africaines ayant reconnu dès le 22 février 1964, la République Populaire comme seule et unique Chine.

Publié en octobre 2020

Conseiller aux lecteurs de relire ou découvrir Fever [L’année du lion, titre français, ndlr], du maître du polar sud-africain Deon Meyer, est un peu risqué. Ce roman prémonitoire publié en 2016 raconte un monde dévasté par une pandémie.

Publié en mai 2020

Face à des adversaires divisés, le président sortant, quinze ans de pouvoir, se projette déjà vers un nouveau mandat. Le Togo change, s’ouvre, s’engage petit à petit dans la croissance. Mais les défi s sont encore nombreux.

Publié en février 2020

ON EN PARLE

Le temps d’un confinement, LA CHANTEUSE TUNISIENNE a réinterprété les classiques de son répertoire et ceux des artistes avec qui elle a grandi.

Publié en janvier 2021

Son mélange de musiques traditionnelles et de trap fait de cette chanteuse aux multiples origines une ARTISTE À SUIVRE.

Publié en janvier 2021

Originaires du nord du Bénin, CES JEUNES FILLES s’approprient le rock avec une énergie aussi épatante que contagieuse.

Publié en janvier 2021

L’originalité de l’écrivain camerounais n’est plus à démontrer. Il fait partie de cette NOUVELLE GÉNÉRATION d’auteurs, qui utilisent l’oralité, le rire et les sons pour partager leur vision du monde.

Publié en janvier 2021

Ce Ghanéen installé en Arizona met sa CRÉATIVITÉ au service de la communauté et du lien urbain.

Publié en janvier 2021

BUSINESS

Le magnat du ciment a pour objectif de faire entrer son groupe au classement des 100 entreprises mondiales qui connaissent la plus forte croissance.

Publié en janvier 2021

En dix ans, plus de 50 milliards de dollars ont été investis dans le secteur, hissant Tanger Med, Port-Saïd et Djibouti parmi les 50 premiers ports mondiaux. Mais avec les effets du Covid-19 et le défi de l’hinterland, l’activité reste sous tension.

Publié en décembre 2020

La page sombre des relations entre les États-Unis de Donald Trump et le continent se tourne. L’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche devrait restaurer des relations économiques plus dynamiques. Même si le concept d’«America First» restera dominant. L’Afrique devra se montrer plus attractive.

Publié en décembre 2020

La pandémie précipite la révolution numérique: enseignes traditionnelles et fintechs multiplient les innovations pour basculer dans une nouvelle ère.

Publié en décembre 2020

Longtemps considérée comme une fatalité et un fléau, celle-ci fait vivre 85,8 % des actifs africains. Pour doper la croissance et la création d’emplois, les autorités et les bailleurs de fonds multiplient les stratégies pour l’intégrer dans l’économie réelle.

Publié en novembre 2020

Depuis 2005, la société de recrutement Aldelia a mis en relation 55000 Africains avec des entreprises. En avril, son fondateur a lancé Areeba Jobs, première plate-forme de matching professionnel sur le continent. Il nous livre ses impressions sur la reprise postpandémique, la future zone de libre-échange continentale et le marché de l’emploi.

Publié en novembre 2020

DOSSIERS ET DECOUVERTES

Réélu, Alassane Ouattara est au centre de l’échiquier. Et au pilotage d’un nouveau mandat crucial pour le pays. Stabilité, émergence, accélération des réformes et transition générationnelle seront au cœur des enjeux.

Publié en janvier 2021

Après s’être imposé comme un hub logistique majeur, le pays s’engage résolument dans la montée en gamme et la diversification de son écosystème.

Publié en décembre 2020

2011-2021… En dix ans, le pays s’est profondément transformé, renouant avec la croissance malgré une menace sécuritaire accrue. Visite sur les bords du grand fleuve au moment où se prépare l’avenir.

Publié en novembre 2020