Aller au contenu principal
Découverte

Star féminine band
C’est le girl power

Par Sophie Rosemont - Publié en janvier 2021
img
DR

Originaires du nord du Bénin, CES JEUNES FILLES s’approprient le rock avec une énergie aussi épatante que contagieuse.

​​​​​​​IL Y A QUATRE ANS, le musicien André Baleguemon lance un appel dans la ville de Natitingou, avec une idée bien précise : lancer un groupe 100 % féminin. Sur les nombreuses postulantes, sept sont retenues.

img
DR

Elles ont entre 7 et 17 ans et s’appellent Angélique, Marguerite ou encore Urrice. ​​​​​​​En moins de deux ans, elles apprennent alors à manier des instruments occidentaux et à tirer profit de leur talent. En résulte aujourd’hui un album qui explore les croisements entre rock, highlife, chanson et rumba congolaise. Les jeunes musiciennes s’expriment en français, en peul, en fon, en bariba ou encore en waama et en ditamari. L’objectif ? Prêcher la bonne parole des filles en soif d’éducation et d’émancipation. Ainsi, quand « Idesouse » énonce les mérites de la scolarisation, « Femme africaine » appelle à l’indépendance : « Femme noire, lève-toi, ne dors pas / Tu peux devenir président de la République. »

img
C’est au Musée régional de Natitingou DR DR que se trouve le local de répétition du groupe.DR

 

Dans la même rubrique

Quand la porcelaine de Limoges rencontre le célèbre tissu africain. Une entreprise lancée en 2019 par Absa Char Say.

Publié en avril 2021

Éloi Ficquet est spécialiste de l’Éthiopie et de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Son dernier ouvrage, coécrit avec Gérard Prunier, s’intitule Understanding Contemporary Ethiopia. Il nous explique que ces tensions, récurrentes en Éthiopie depuis le Moyen Âge, pourraient rebattre les cartes dans toute la région.

Publié en avril 2021

La guerre planétaire entre Spotify et Apple Music ouvre un front sur le très prometteur marché africain. Mais les acteurs locaux n’ont pas dit leur dernier mot.

Publié en avril 2021