Aller au contenu principal
Échanges

Un outil pour booster les échanges intrarégionaux

Par Jean-Michel Meyer - Publié en décembre 2021
Share
Le PAPSS a été annoncé en juillet 2019, lors du sommet de l’Union africaine à Niamey. DR
Le PAPSS a été annoncé en juillet 2019, lors du sommet de l’Union africaine à Niamey. DR

Le Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS) vise à fluidifier les transactions transfrontalières et à alléger les contraintes pesant sur elles.

Son acronyme ne vend pas du rêve. Et pourtant. Annoncé en juillet 2019, le Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS), désormais opérationnel, est l’un des outils majeurs pour la réussite de la Zone de libre échange continentale africaine (Zlecaf), lancée en janvier 2021.

Élaboré en collaboration avec le secrétariat de la Zlecaf et avec l’aval de l’Union africaine (UA), le PAPSS est un passe qui ouvre en grand la porte aux échanges en fluidifiant les transactions grâce à des paiements transfrontaliers instantanés en devises locales entre les marchés africains. Un sacré défi sur un continent qui compte 42 devises. « C’est une infrastructure de marché financier révolutionnaire », s’est enflammée la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), actrice du projet, et plutôt mesurée d’habitude. Un outil qui doit générer une économie de plus de 5 milliards de dollars en coûts de transaction de paiement chaque année.

Concrètement, le PAPSS est une plateforme à l’échelle du continent pour le traitement, la...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

La décision d’ouvrir le transport aérien, mais aussi maritime, à la concurrence fait l’effet d’une bombe.

Publié en décembre 2021

La fintech californienne Wave connaît un succès grandissant sur le continent avec une politique tarifaire qui déstabilise les acteurs en place.

Publié en décembre 2021

À la Cop26, les dirigeants du continent sont montés au créneau pour mobiliser la communauté internationale afin de financer le Programme d’accélération de l’adaptation. Soit 33 milliards de dollars à trouver par an.

Publié en décembre 2021