Aller au contenu principal
Editos

Vaccins et complotisme

Par Emmanuelle Pontié - Publié en avril 2021
Share

C’est la guerre ! Celle des vaccins contre le Covid-19… Les États-Unis, l’Europe, la Chine, la Russie fabriquent les produits, livrent ou ne livrent pas les doses à X ou à Y, et il n’y en a jamais assez pour tous. En Occident, depuis janvier dernier, c’est la course. Les campagnes vaccinales doivent aller vite, enrayer les seconde et troisième vagues de coronavirus qui émergent un peu partout. Et chacun cherche sa dose. Grâce, entre autres, au programme Covax, le dispositif d’accès mondial pour un vaccin contre le Covid-19 – auquel participent 172 pays dans le monde –, l’Afrique a commencé à recevoir des petits lots du précieux sérum au cours des dernières semaines. Et certains États ont commencé à piquer : le Rwanda, la Côte d’Ivoire, le Maroc, le Ghana…

DOM
DR

À l’heure où l’on n’a plus trop vraiment d’autre choix que de s’immuniser collectivement pour que cette pandémie régresse – y compris si on est contre les vaccins en général –, il est assez sidérant d’entendre de-ci de-là dans les quartiers des capitales africaines, des croyances et rumeurs toutes aussi folingues les unes que les autres… À Douala, on croit dur comme fer que l’hydrochloroquine, qui se vend partout, y compris dans les marchés informels, est un pare-Covid bien meilleur que le vaccin, confondant allègrement traitement et prévention… À Dakar, on pense que ce vaccin fabriqué par « les Blancs » est un moyen d’injecter le virus aux Africains, pour contrôler la démographie… À Libreville, plus fort, on injecterait des puces et des nanoparticules activées par la 5G, dans le but de… on ne sait pas trop ! On entend encore de-ci de-là que les Africains serviraient de test, et on ressort le vieux slogan « Nous ne sommes pas des cobayes ».

À ces colporteurs – sur la Toile d’abord bien sûr – d’inepties en tout genre, il faudrait rappeler que dans quelques mois, si le monde se vaccine au nord et pas au sud, des millions d’Africains risquent d’être bloqués chez eux, exclus de la reprise, d’un retour à une vie meilleure. Et il faut arrêter à chaque fois de se tromper de combat. Il vaudrait mieux descendre dans la rue pour prendre enfin un train en marche, exiger que les vaccins soient généralisés, distribués à tous, et vite. Qu’ils aient été fabriqués par des Occidentaux, des Africains ou des Asiatiques est définitivement un faux débat. C’est bien connu, complotisme et obscurantisme vont de pair. Hélas.

 

Dans la même rubrique

Samedi 23 octobre, Sénégal. Une centaine de femmes battent le pavé à Dakar. Elles sont là pour tirer la sonnette d’alarme en vue de sauver d’urgence l’environnement menacé par les changements climatiques. La plupart d’entre elles travaillent la terre et sont confrontées aux inondations, à la pollution, à l’érosion, aux coups de vents inhabituels… « Nous n’avons plus de nappes phréatiques. Les animaux meurent par manque d’eau. Nous ne pouvons plus faire d’agriculture », clame leur porte-parole Nadia.

Publié en novembre 2021

Le livre est posé là, sur la table de mon bureau. Il vient de sortir, à Paris, et puis un peu partout, progressivement. Les mémoires autobiographiques et posthumes de Béchir Ben Yahmed.

Publié en novembre 2021

Août 2020, le président malien est renversé par un coup d’État militaire. Avril 2021, le fils du dirigeant tchadien, tué au combat, s’empare du pouvoir. Septembre 2021, c’est au tour d’Alpha Condé, en Guinée, d’être contraint de céder sa place, au profit de son chef du Groupement des forces spéciales… Voici donc revenu le temps, que certains pensaient révolu, des coups militaires ou constitutionnels, et des transitions africaines. Avec même des « coups » dans les « coups », comme au Mali, où un autre militaire a renversé le premier putschiste en mai dernier.

Publié en octobre 2021