Aller au contenu principal
Business

Vers la fin des coupures

Par Francine Yao - Publié en septembre 2021
Share
Un poste électrique reliant Anani à Bingerville, dans l'agglomération abidjanaise. NABIL ZORKOT
Un poste électrique reliant Anani à Bingerville, dans l'agglomération abidjanaise. NABIL ZORKOT

Depuis le mois d'avril, la Côte d’Ivoire connaît un déficit énergétique qui a occasionné des coupures de courant dans l'ensemble du pays. Une situation qui a amené la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) à rationner l’approvisionnement des ménages et des entreprises. Dans un communiqué daté du 5 mai, la CIE a expliqué certaines raisons de ce déficit. D’une part, la Côte d’Ivoire a dû faire face à une baisse de sa production d’énergie électrique à cause de la saison sèche, qui prive le pays d’une partie importante de son énergie hydraulique. D’autre part, la construction des infrastructures de production thermique et les investissements qui y sont liés ont subi un important retard causé par la pandémie de Covid-19. Dès le début des délestages, le gouvernement s’est donné trois mois pour régler définitivement le problème. Le rationnement de l’électricité semble aujourd’hui être un lointain souvenir. Parmi les actions engagées sans attendre par l’État début avril : l’accélération des travaux d’une nouvelle centrale thermique et la construction d’une nouvelle turbine à gaz à la station d'Azito (qui devrait être opérationnelle d'ici le mois d'août), le tout complété par une augmentation de...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Avec un taux de croissance stable, qui se situe autour de 8 % depuis une décennie, la puissance économique sous- régionale ivoirienne contribue à plus du tiers du PIB de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et contribue à plus de 60 % de ses exportations agricoles, cacao en tête. Malgré la crise du Covid-19, la résilience de son économie a fait ses preuves, en pour- suivant sa transformation structurelle, engagée depuis le Plan national de développement (PND) 2016-2020, notamment à travers le développement des produits manufacturés localement, la diversification des exportations et l’accueil d’investissements de plus en plus privés. Pour l’élaboration du PND 2021-2025, évalué à 59000 milliards de FCFA (90 milliards d'euros), le gouvernement du Premier ministre Patrick Achi a multiplié les consultations, en particulier avec le secteur privé, qui devrait participer à son financement à hauteur de plus de 70 %. Favoriser l’accès au crédit ou allier le numérique à la transformation industrielle sont, entre autres, autant de priorités envisagées pour les entreprises afin que la Côte d’Ivoire devienne un pays émergent au plus tard en 2030.

Publié en septembre 2021

Forte de son leadership mondial dans la production du cacao, la Côte d’Ivoire cherche désormais à développer la transformation des fèves, afin de mieux négocier face aux grands groupes

Publié en septembre 2021

Ce secteur en plein essor lutte assez efficacement contre la pauvreté, mais de nombreux challenges demeurent.

Publié en septembre 2021