Aller au contenu principal
Influences

WAGNER
Le business en treillis

Par Jean-Michel Meyer - Publié en octobre 2021
Share

Plus ou moins active dans une vingtaine de pays africains, la société militaire privée russe pointe ses ambitions vers le Mali. Au grand dam de la France. Proche de Poutine, elle vend aux gouvernements son savoir-faire en matière de « sécurité » tout en cultivant un sérieux sens des affaires.

Des membres de Sewa Security Services, filiale du groupe, à Berengo, en Centrafrique, le 4 août 2018. FLORENT VERGNES/AFP
Des membres de Sewa Security Services, filiale du groupe, à Berengo, en Centrafrique, le 4 août 2018. FLORENT VERGNES/AFP

​​​​​​​La provocation de trop. L’agence Reuters révélait le 13 septembre dernier que la société militaire privée (SMP) russe Wagner négocie, avec la junte au pouvoir au Mali depuis août 2020, l’envoi de 1 000 mercenaires pour former l’armée du pays et assurer la protection de hauts dignitaires. Le groupe paramilitaire serait payé 6 milliards de francs CFA (environ 9,15 millions d’euros) par mois pour ses prestations.

À la tribune de l’assemblée générale de l’ONU, le 25 septembre, le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga a justifié ces discussions, arguant « d’un abandon en plein vol » par la France après la décision de Paris de désengager une partie des forces militaires impliquées dans l’opération Barhkane au Sahel. Cette situation contraindrait le chef du gouvernement à « chercher de nouveaux partenaires pour...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

C’est, dit-on, le pays le plus développé du continent, une exception démocratique aussi, très british. À la source de cette réussite rare, les fameux diamants, exploités en partenariat avec le conglomérat De Beers. Enquête sur cet eldorado africain et les limites du modèle.

Publié en octobre 2021

Le Parti communiste chinois fête cette année ses 100 ans. À sa tête, Xi Jinping, qui affirme chaque jour un peu plus une politique autoritaire, centralisatrice, une mise au pas des contestations, des puissances d’argent, des barons de la tech, au bénéfice de la lutte contre les inégalités. Tout en affirmant la puissance géopolitique de l’Empire du milieu. Un formidable changement de cap qui n’est pas sans risque.

Publié en octobre 2021

Elle est passée derrière la caméra pour un premier documentaire sur l’exil, l’identité. Un chemin sur la trace des grands-parents paternels et sur les racines algériennes de la famille. Interview croisée avec son artiste de père.

Publié en octobre 2021