Aller au contenu principal
Influences

WAGNER
Le business en treillis

Par Jean-Michel Meyer - Publié en octobre 2021
Share

Plus ou moins active dans une vingtaine de pays africains, la société militaire privée russe pointe ses ambitions vers le Mali. Au grand dam de la France. Proche de Poutine, elle vend aux gouvernements son savoir-faire en matière de « sécurité » tout en cultivant un sérieux sens des affaires.

Des membres de Sewa Security Services, filiale du groupe, à Berengo, en Centrafrique, le 4 août 2018. FLORENT VERGNES/AFP
Des membres de Sewa Security Services, filiale du groupe, à Berengo, en Centrafrique, le 4 août 2018. FLORENT VERGNES/AFP

​​​​​​​La provocation de trop. L’agence Reuters révélait le 13 septembre dernier que la société militaire privée (SMP) russe Wagner négocie, avec la junte au pouvoir au Mali depuis août 2020, l’envoi de 1 000 mercenaires pour former l’armée du pays et assurer la protection de hauts dignitaires. Le groupe paramilitaire serait payé 6 milliards de francs CFA (environ 9,15 millions d’euros) par mois pour ses prestations.

À la tribune de l’assemblée générale de l’ONU, le 25 septembre, le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga a justifié ces discussions, arguant « d’un abandon en plein vol » par la France après la décision de Paris de désengager une partie des forces militaires impliquées dans l’opération Barhkane au Sahel. Cette situation contraindrait le chef du gouvernement à « chercher de nouveaux partenaires pour...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Installée à Abidjan (depuis 2012) et à Dakar (2018), entièrement impliquée dans les nouveaux circuits de la création continentale, elle vient d’ouvrir une galerie en plein centre de Paris. L’objectif : rapprocher ses artistes de la globalité. Entretien « un pied sur terre » (du nom de l’exposition inaugurale).

Publié en novembre 2021

Le 30 novembre, elle sera la première femme noire à reposer  au Panthéon, nécropole des illustres de la République. Petite-fi lle  d’esclaves afro-américains naturalisée, chanteuse, danseuse,  muse et – ce que l’on sait moins – résistante, elle incarne aussi  toutes les ambiguïtés et les complexités de la France  vis-à-vis des citoyens de la différence.

Publié en novembre 2021

Le journaliste et écrivain ivoirien nous envoie une carte postale africaine à propos du phénomène Zemmour.

Publié en novembre 2021