Aller au contenu principal
Interview

Yasmine Chami
«Quelque chose est à réinventer pour les hommes »

Par CATHERINE FAYE - Publié en décembre 2021
Share
Yasmine Chami.AMANDA ROUGIER
Yasmine Chami.AMANDA ROUGIER

Après avoir exploré l’abandon d’une femme par son mari dans Médée chérie, l’écrivaine marocaine passe de l’autre côté du miroir. Avec Dans sa chair, son puissant nouveau roman, elle se glisse dans la peau de celui qui part.

On la dirait échappée d’un film en noir et blanc. Comme dans La Rose pourpre du Caire, elle semble avoir jailli de l’écran pour nous entraîner dans une aventure tressée de passions. Mais, à la différence du film de Woody Allen, Yasmine Chami nous invite à la suivre dans un récit : celui d’un destin multiculturel et animé par une flamme littéraire. À Paris d’abord, où, diplômée en philosophie à l’École normale supérieure et agrégée en sciences sociales, elle se tourne vers l’anthropologie. À New York ensuite, où la maternité devient la clef de voûte de son existence. Et à Casablanca enfin, où elle a vu le jour il y a une cinquantaine d’années et où elle vit depuis vingt ans. Après y avoir dirigé la villa des Arts, fondé une société de production et proposé des émissions sociales à la télé, elle se consacre désormais à l’enseignement de la littérature. Son œuvre est à l’image de sa sensibilité...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Spécialiste de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Éloi Ficquet est le cosignataire, avec d’autres chercheurs, d’une tribune publiée en novembre 2021 dans Le Monde, qui dénonce le risque de génocide. Il est l’auteur, avec Gérard Prunier, de l’ouvrage Understanding Contemporary Ethiopia. Et ne cache pas son pessimisme…

Publié en décembre 2021

Au terme de deux décennies d’un mariage « grand format » et d’une explosion des échanges, l’heure est au bilan sans trop de concessions.. Et à la redéfinition d’un partenariat plus équilibré.

Publié en décembre 2021

Les cinéastes (et jumeaux) gazaouis mettent l’humain au centre de leur second film : ce conte poétique met en lumière une relation inattendue entre un pêcheur et une couturière qui partagent le même goût de liberté.

Publié en décembre 2021