Aller au contenu principal

Zebda : « Le peuple finit toujours par trouver son espace d’expression »

Par Michael.AYORINDE - Publié en février 2012
Share

« Tant qu’à refaire entendre la parole de Zebda, autant le faire à un moment où ce serait le plus utile. »

Am - 8 ans d’absence ? Vous avez retrouvé l’envie ?

Moustapha Amokrane : Pour nous, ça n’a pas été une absence mais une pause pour explorer des projets plus personnels en dehors de la bannière Zebda. Maintenant que nous nous sommes retrouvés sur ce projet d’album, nous n’avons pas l’impression d’avoir jamais arrêté. Nous nous étions toujours dit que nous reviendrions, mais nous ne savions pas quand et nous ne voulions pas présumer. Cela s’est fait naturellement, nous avons travaillé quelques chansons d’abord et ensuite doucement l’album s’est fait…


Ce nouvel album s’appelle « second tour »… Comme celui de l’élection présidentielle ?

M.A. : Oui mais c’est autant notre second tour à nous. Même s’il a aussi un autre sens, le calendrier ne nous a rien imposé. Mais une fois qu’on avait pris la décision de se reformer, on s’est dit qu’on ne pouvait pas arriver après les élections. Tant qu’à refaire entendre la parole de Zebda, autant le faire à un moment où ce serait le plus utile.

Dans un groupe comme Zebda, comment faites-vous vivre les individualités, les nuances d’opinions. Par exemple, vous...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Passeur d’une culture multiforme, le Mozambicain lusophone est aujourd’hui l’un des écrivains les plus inventifs du continent. L’œuvre foisonnante de ce poète engagé, également biologiste, puise aux racines de l’imaginaire et de la tradition orale de son Afrique natale.

 

Publié en octobre 2022

Après avoir passé près de trente-cinq ans au gouvernement camerounais, il était probablement l’une des figures les plus emblématiques des années Biya. Tour à tour délégué général au Tourisme, puis à la Gendarmerie nationale, et secrétaire d’État à la Défense, Amadou Ali est nommé secrétaire général de la présidence de la République en 1996. Il sera ensuite ministre d’État chargé de la Défense et garde des Sceaux. En 2004, il devient vice-Premier ministre, et finit sa carrière comme ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées.

Publié en septembre 2022

Son dernier roman, Les Vertueux, raconte le destin d’un berger jeté dans les fracas de la Grande Guerre et de l’adversité. Pour l’auteur, cette fresque historique palpitante, pétrie de philosophie, signe son œuvre la plus accomplie. 

Publié en septembre 2022